Sidwaya (Ouagadougou)

24 Février 2013

Libye: Misrata - Une cité meurtrie qui veut renaître

Les combats qui se sont déroulés dans les rues, maison par maison, ont laissé une ville totalement détruite. Deux ans après, le constat est encore amer. Le temps semble s'être arrêté, un moment, à Misrata. Même si la ville tente de se remettre de ses blessures...

Profitant d'une mission d'information et d'évaluation organisée par l'Unité de fusion et de liaison dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, nous avons visité Misrata, le vendredi 22 février 2013. Environ 3 heures de route séparent cette cité côtière de la capitale, Tripoli.

Dès l'entrée, le visiteur est vite saisi par les stigmates des combats qui ont eu lieu dans cette ville. Un cimetière de chars jouxte encore la voie reliant Tripoli à Misrata.

Sur l'avenue Tripoli, des décombres sont encore visibles, malgré la mobilisation des jeunes survivants qui ont tenté de les dégager.

Des impacts de balles s'imposent au regard des murs des immeubles du centre ville. D'après le conseil local de la ville, il y a eu 1600 morts.

Les blessés se comptent aussi par milliers. « Nous avons passé six mois sous les balles. Nous étions privés de tout ; ma vie a totalement changé le jour où ma femme a perdu une jambe », témoigne Hamid, un survivant.

Propriétaire de l'unique hôtel de la ville qui a été bombardé, il n'a pu empêcher de montrer les photos de son épouse lors de cette épreuve.

C'est sans doute avec beaucoup de joie qu'il a appris, le vendredi 22 février, la décision prise par le Conseil national, concernant les mutilés. En effet, il a décidé d'octroyer à chaque mutilé, un salaire mensuel à vie de 1700 dollars.

A cela, s'ajoute un appartement au rez-de-chaussée et une voiture. Une annonce qui vient mettre du baume au coeur des milliers de blessés, et surtout soulager le conseil local de Misrata qui avait fait de la gestion du sort de ces blessés une priorité.

« C'était un dossier épineux pour nous. Le gouvernement a pris cela en main », explique le président du conseil local de Misrata, Ismail Cheklaoune, lors d'un briefing avec les journalistes accrédités de l'UFL.

Parlant de la tragédie de Misrata, il a plutôt invité les visiteurs à aller plutôt constater les dégâts sur le terrain que d'en parler. « Je préfère que vous veniez voir par vous-mêmes, cela vous suffira à comprendre ce que nous avons vécu », a lancé M Cheklaoune.

Sur le terrain, le constat est effectivement désolant. Des chars calcinés, des missiles, des tanks, des lance-roquettes... et des milliers de douilles sont entreposés aux abords d'un édifice.

« C'est une véritable boucherie que de mobiliser tout cet arsenal contre sa propre population. Kadhafi n'aimait pas son peuple », murmure visiblement indigné, Mahamadou Doumbia, journaliste malien.

Alors que les ruines de l'arsenal militaire attirent la curiosité, voire le mépris de la délégation, le guide invite les hôtes au pas de course, à visiter l'intérieur.

Il s'agit du musée de guerre de Misrata qui abrite un album macabre répertoriant la photo et l'identité complète des victimes des affrontements à Misrata.

Un écran plasma sert à diffuser quelques vidéos amateurs montrant des scènes de combats et surtout la capture de Mouammar Kadhafi dans les rues de la ville.

« C'est un génocide, c'est terrible ce que j'ai vu ici », s'insurge Dalatou, membre de la délégation. « J'ai la chair de poule et les cheveux qui tournent », renchérit pour sa part, un autre journaliste. Malgré l'horreur imposée, Misrata tente désormais, de regarder vers l'avenir.

Aujourd'hui, Misrata se tourne vers son avenir. La vie y a repris son cours, même si l'ombre de la mémoire des martyrs continue de planer. Les boutiques et les commerces s'animent petit à petit. Pour le conseil local, l'heure est aux priorités.

Reconstruire Misrata

Misrata avait été placée sur la liste noire de Kadhafi, avoue Souleimane Mohamed El-Fakihi. Puis, il égrène un chapelet de reproches à l'ancien régime.

Sinon, comment comprendre qu'une ville de 500 mille habitants ne soit pas dotée d'un hôpital, s'insurge-t-il. Et d'ironiser en ces termes, peut-être que « Kadhafi a voulu récompenser Misrata, en la détruisant ».

Face à l'urgence, le conseil local se fixe comme priorité, la sécurité et la relance de l'économie. « Nous devons travailler à imposer la sécurité, pour que les investisseurs reviennent », lance le président du conseil local.

Pour Ismail Cheklaoune, cela permettra le retour des sociétés qui avaient claqué la porte, lorsque la ville était sous le feu des balles. Ainsi, les projets chinois, russes, italiens ou turcs suspendus pourront reprendre pour l'essor de la cité ouvrière et commerciale.

Ads by Google

Copyright © 2013 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.