25 Février 2013

Sénégal: Moussa Touré - «La pirogue est une claque à ceux qui nous gouvernent»

interview

Après avoir fait le tour de monde, La Pirogue embarque enfin le public africain, grâce à la 23e édition du Fespaco. « C'est un film politique.

Je donne une claque à ceux qui nous gouvernent, pour qu'ils se rendent compte qu'ils ont baissé les bras. » Le réalisateur sénégalais Moussa Touré a présenté ce 25 février son film à Ouagadougou en soulignant que le drame de l'émigration mortelle concerne tout l'Afrique : « Nous avons 75 pour cent de jeunes et de désespoir ». Entretien.

Avant le Burkina Faso, La Pirogue a été déjà acclamé dans beaucoup de pays. Est-ce que cela a changé le message du film ?

Non, cela n'a rien changé. La direction est toujours pareille. Là, je viens du Canada, l'émotion que les gens ont eue, c'est l'émotion en générale que tout le monde a eu. Quand on est avec des personnages, avec des gens, c'est une référence avec nous-mêmes. Les gens dans le film, on les trouve en chacun de nous. C'est un film humain donc la perception humaine ne change pas.

Projeter ce film au Fespaco, au Burkina Faso. Cela change quelque chose ?

Ah oui, pour moi oui. Vous savez, nous faisons des films, mais nous n'avons pas des salles de cinéma. Les Africains ne voient pas les films africains. Ici, c'est le seul endroit où on les voit. Il faut que nos Etats se rendent compte de cela. Mais ils ne se rendent pas compte de cela. Eux, ils ne pensent pas que le cinéma soit une chose politique aussi. Ils s'occupent d'autres choses alors que quand nous faisons des films, c'est pour le montrer aux Africains.

Techniquement bien ou pas bien, mais le Fespaco est le seul endroit où les Africains vont voir mes films. A Dakar, ils n'ont pas encore vu le film, parce qu'il n'y a pas de salles. Même ici au Burkina, il y a un problème de salles. Ici, c'était notre monument de cinéma. Comment on peut sensibiliser, comment on peut voir nos films quand il n'y a plus de salles ? Les gouvernements en Afrique doivent arrêter d'avoir des 4x4 et tas de trucs et après se démerder pour mettre des salles.

Le Sénégal a annoncé de créer un Centre national du cinéma, qu'est-ce que cela va changer pour la situation cinématographique ?

Je pense que c'est bien. Nous avons plein d'espoir dans le nouveau gouvernement au Sénégal. En Afrique, on vit de l'espoir et du désespoir. C'est le sujet même de La Pirogue. En ce moment, on a vraiment de l'espoir. Les gens qui nous gouvernent actuellement sont assez intègres.

Les moyens vont-ils suivre ?

Je ne crois pas, parce que, tout récemment, j'ai entendu notre ministre de la Culture parlait de moyens. Mais il ne se rend pas compte. Ce sont des gens qui ne se rendent pas compte du cinéma. Aujourd'hui, on a une génération qui n'est jamais entrée dans une salle de cinéma ! Vous vous rendez compte de cette jeunesse ? Mais ceux qui nous gouvernent ont des salles de cinéma dans leur maison et voient des films indiens ou américains ou je ne sais pas quoi.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.