Le Potentiel (Kinshasa)

Congo-Kinshasa: Déploiement des drones dans l'Est - Le Conseil de sécurité donne son feu vert

Le Conseil de sécurité a donné son feu vert au secrétariat général des Nations unies de déployer des drones, à titre expérimental, pour surveiller les mouvements des groupes armés et assister la Monusco dans l'Est de la République démocratique du Congo.

Interrogé sur la question, le général Babacar Gaye, conseiller militaire de Ban Ki-moon, a déclaré: « Nous attendons avoir une meilleure connaissance de la situation, des informations qui vont infirmer ou confirmer les différentes présuppositions qu'on ne manque pas de faire. Donc, nous attendons une meilleure appréhension de la réalité ».

Pour ce haut fonctionnaire de l'Onu, la technologie des drones est bien répandue et mieux connue dans le monde. Le secrétaire général de l'Onu avait écrit au Conseil de sécurité, en décembre 2012, pour recommander l'utilisation de ces avions sans pilote dans l'Est de la RDC.

Le président du Conseil de sécurité de l'Onu, au mois de janvier, ambassadeur du Pakistan à l'Onu, a répondu dans une lettre publiée et approuvé l'utilisation de ces drones dans l'Est de la RDC. La Monusco a confirmé, le mercredi 23 janvier, l'accord du Rwanda qui rejoint les positions de l'Ouganda et la RDC sur l'utilisation des drones dans les frontières de ces trois pays.

«Nous savons que tous les trois pays concernés viennent de donner leurs accords. Donc on va progresser. Il y a des choses qui ne se font pas souvent sur la place publique, mais nous évoluons», a déclaré le porte-parole de la Monusco, Madnodje Mounoubai, au cours d'une conférence de presse à Kinshasa.

Selon lui, l'idée de placer des drones sur les frontières de la RDC, du Rwanda et de l'Ouganda date d'il y a quatre à cinq ans. La décision d'envoyer des drones dans l'Est de la RDC est saluée par bon nombre de personnes à Goma. Ils sont persuadés que le déploiement de ces avions permettra de faire la lumière sur les accusations et le soutien aux groupes rebelles entre la RDC, le Rwanda et l'Ouganda.

«C'est une bonne chose partiellement parce que ça va nous aider à dénicher certaines choses qui se font sur nos frontières. Il y aura des précisions si les troupes rebelles sont renforcées à partir du Rwanda ou non. Qu'on puisse avoir l'image sur les sites de groupes armés et leurs logistiques», a indiqué le rapporteur général adjoint de la Société civile de la province du Nord-Kivu, Etienne Kambale.

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.