Le Soleil (Dakar)

26 Février 2013

Afrique: Une mutuelle panafricaine pour la gestion des catastrophes

La première réunion de la Conférence des parties (Cdp) à l'accord de création de l'institution de la Mutuelle panafricaine de gestion des risques se tient, depuis hier, à Dakar. Cette structure devrait fournir aux gouvernements africains des fonds de secours rapides, avantageux et fiables en cas de catastrophes naturelles liées à la sécheresse.

Dans la recherche d'une solution continentale aux crises alimentaires ou autres catastrophes naturelles comme les inondations, la Commission de l'Union africaine (Ua), avec l'appui du Programme alimentaire mondial, vient de lancer le projet African risk capacity (Arc). Cette mutuelle panafricaine devrait fournir aux gouvernements africains des fonds de secours rapides, avantageux et fiables en cas de catastrophes naturelles liées à la sécheresse. Pour son entrée en vigueur, l'Arc avait besoin de 10 pays engagés ; aujourd'hui, une vingtaine de pays ont signé l'accord de sa création.

Avec le conclave de Dakar, il s'agit de mettre en place les organes de gestion de cette institution spécialisée de l'Ua comme l'avait recommandé la conférence des plénipotentiaires tenue au mois de novembre 2012 en Afrique du Sud.

Le ministre de l'Intérieur Pathé Seck, qui a présidé la cérémonie d'ouverture de cette rencontre de 3 jours, a salué en l'Arc un projet innovant visant à renforcer les capacités de gestion des risques et à améliorer les mécanismes actuels de réponse face aux crises alimentaires.

« La mise en place de cette institution spécialisée de l'Ua constitue donc une étape historique dans la manière dont les gouvernements africains anticiperont et géreront désormais les risques de catastrophes naturelles », s'est-il félicité. Selon le général Seck, pour faire face aux catastrophes naturelles qui frappent la majorité des Etats africains et qui vont sans doute s'accentuer dans les années à venir avec l'impact des changements climatiques, il faut privilégier une approche commune.

À l'en croire, cette initiative panafricaine de solidarité devrait permettre aux Etats membres de l'Ua de réaliser des économies de plus de 50% sur le capital et le coût de réponse nécessaire devant d'éventuelles catastrophes naturelles. Avant lui, le directeur général par intérim de l'Arc, Richard Wilcox, a expliqué que l'objectif de cette institution est effectivement d'aider les Etats membres à réduire le risque de pertes et de dommages causés par des phénomènes météorologiques extrêmes et des catastrophes naturelles qui affectent les populations africaines.

Si le Sénégal n'a pas hésité à adhérer à cette mutuelle, c'est parce qu'il est très exposé aux risques et catastrophes naturelles, a souligné le directeur de la Protection civile Mar Lô. Il en veut pour preuve le fait que, l'année dernière, à peu près 800.000 personnes aient été exposées à une insécurité alimentaire. À l'échelle de tous les pays du Sahel, ce chiffre monte à 18 millions de personnes.

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.