Le Pays (Ouagadougou)

Sénégal: Les ex-dignitaires et les biens mal acquis au Sénégal - Le salut ne viendra pas de la Cedeao

Le président sénégalais Macky Sall n'en démord pas. Il est visiblement déterminé à aller jusqu'au bout ou plus exactement devrions-nous dire, à voir clair dans l'affaire de biens mal acquis des anciens dignitaires du régime d'Abdoulaye Wade.

Du reste, on se souvient qu'interdiction avait été faite à certains de ces caciques de sortir du pays parce qu'étant dans le collimateur de la justice. Saisie par les avocats de la défense, la Cour de justice de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest) avait dénoncé une telle restriction de liberté et ordonné son annulation parce que « ne reposant sur aucune base juridique ». Depuis, certains dignitaires ne cachaient pas leur satisfaction puisqu'ils croyaient avoir trouvé in fine la parade qui allait leur permettre de se tirer d'affaire. Que nenni ! Tout porte à croire que leur salut ne viendra pas de la CEDEAO ; d'autant qu'en réaction à la décision de l'instance judiciaire supranationale, six ex-dignitaires dont Karim Wade ont reçu le 25 février dernier une notification officielle leur interdisant de quitter le territoire.

Voilà donc qui complique la situation et qui repose le problème de l'importance et du poids des institutions supranationales dont les décisions, en principe, sont irrévocables. Les autorités sénégalaises disent s'être pliées à la décision du droit communautaire en régularisant la procédure d'interdiction de sortir du territoire faite à certains proches de l'ancien président, tandis que la défense dénonce une « campagne de désinformation visant à contourner des décisions de justice ». C'est sans conteste un interminable débat d'experts en droit international qui va bientôt s'engager.

En tous les cas, la Cour de justice de la CEDEAO, quant à elle, a fait son travail, en disant le droit. Elle l'a d'ailleurs toujours fait en faveur même des gens qui, obsédés qu'ils étaient du pouvoir, l'avait traitée de tous les noms d'oiseaux, menaçant même de se retirer de l'organisation communautaire. Il suffit de jeter un regard rétrospectif sur les crises sous-régionales récentes pour savoir que l'ancien président nigérien Mamadou Tandja et Laurent Gbagbo, le locataire actuel de la prison de Scheweningen ont trop rudoyé la CEDEAO pour la simple raison qu'elle ne défendait pas leur cause. Pourtant, une fois tombés en disgrâce, ces deux anciens hommes d'Etat avaient tourné leur regard vers cette même institution.

Dans le cas actuel du Sénégal, on peut au moins se féliciter de ce que les autorités n'aient pas fermé obstinément les oreilles face à la décision de la Cour de justice de la CEDEAO. Sans s'y plier entièrement, elles ont régularisé une procédure qui, quoi que l'on puisse en dire, est une démarche conforme en droit. Et les anciens dignitaires dont on a restreint la liberté de mouvement doivent aussi se féliciter de n'avoir jusqu'à présent pas été mis sous taule ni en demeure.

Le Sénégal étant connu comme un pays de droit, on espère que les juges se prononceront en toute indépendance sur cette affaire de biens mal acquis. Donc, que ceux qui n'ont rien à se reprocher arrêtent de faire de la gesticulation !

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.