Le Potentiel (Kinshasa)

26 Février 2013

Rwanda: L'opposition accuse Kagamé de vouloir « se maintenir indéfiniment au pouvoir »

Deux partis rwandais de l'opposition en exil, non reconnus par Kigali, accusent le président Paul Kagame de chercher à « se maintenir indéfiniment au pouvoir au Rwanda » au terme en 2017 de son mandat constitutionnel de 7 ans reçu du peuple rwandais à l'élection présidentielle d'août 2010 avec plus de 93% de voix.

Au terme d'une réunion en Afrique du Sud, les Forces démocratiques unifiées (FDU) de la présidente Victoire Ingabire - condamnée à 8 ans de prison en octobre 2012 « pour conspiration terroriste et négation du génocide de 1994 contre la minorité tutsi » - et le Congrès national rwandais (RNC) ont dénoncé lundi 26 février en Afrique du Sud les « actuelles manoeuvres du président Kagame en vue d'amender la Constitution afin de lui permettre de se présenter à un troisième mandat ».

Dans un communiqué conjoint rendu public au lendemain de leur réunion, ils ont fustigé l'intention inavouée du chef de l'Etat rwandais de « vouloir amender la Constitution afin d'en supprimer l'interdiction de briguer un troisième mandat à la tête du pays ».

Le RNC a été créé par d'ex-compagnons d'armes - désormais exilés - du président Kagame, dont l'ancien chef d'état-major de l'armée rwandaise, le général Faustin Kayumba Nyamwasa qui vit en exil en Afrique du Sud où il a échappé en 2010 à une tentative d'assassinat.

Selon la presse rwandaise citée par l'AFP, le président Kagame a encouragé son parti à réfléchir à la « transition politique » en 2017, en assurant à la fois « changement » et « stabilité ».

Dispositions constitutionnelles

Aux termes de la Constitution du Rwanda, le Président est élu pour un mandat de 7 ans au suffrage universel direct et nomme le Premier ministre ainsi que le Conseil des ministres.

Par ailleurs, « la révision (de la Constitution) doit être adoptée à la majorité des ¾ des membres composant chaque chambre (pour certaines matières, elle doit ensuite être approuvée par référendum) ».

Le 5 mai 1995, l'Assemblée nationale transitoire a adopté une nouvelle Constitution qui incluait des dispositions de la constitution du 18 juin 1991 et des éléments issus des Accords d'Arusha ainsi que du protocole de novembre 1994 introduisant le multipartisme.

Le 26 mai 2003 un référendum a établi une nouvelle constitution du Rwanda permettant de sortir le pays de la période de transition post-génocidaire.

Le Rwanda est une République démocratique à régime présidentiel, où le Président est à la fois chef de l'Etat et chef du gouvernement.

Le pouvoir exécutif est aux mains du gouvernement tandis que le pouvoir législatif est partagé entre les deux chambres du Parlement (système bicaméral), Sénat et Chambre des députés, et le gouvernement, rappelle-t-on.

Les premières élections présidentielles et législatives après la guerre avaient été organisées respectivement en août et septembre 2003.

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.