Cameroon Tribune (Yaoundé)

26 Février 2013

Cameroun: 9 abonnés de téléphonie avec 5000 puces chacun

Ils ont été découverts au cours d'un contrôle de l'ART chez Mtn et Orange Cameroun.

Vous n'allez certainement pas le croire, mais il y a des Camerounais qui se retrouvent en ce moment avec des milliers de cartes SIM, communément appelées puces.

En effet, au cours d'un contrôle inopiné effectué à la base des opérateurs Mtn et Orange à Douala, l'Agence de régulation des télécommunications (Art) a découvert que des abonnés au téléphone mobile ont été identifiés pour plusieurs numéros.

« Certains ont acquis cent, cinq cent, mille numéros différents. On a même constaté que quatre individus ont chacun cinq mille numéros chez un opérateur et chez l'autre, ce sont cinq abonnés qui sont dans le même cas », affirme François Kamgam, directeur technique à l'Art et chef de cette mission de contrôle.

Cette mission, comme il l'explique, a été initiée parce que, après le 14 décembre 2012, date à laquelle on ne devait plus vendre des puces dans la rue, l'activité continuait de battre son plein.

« Il était donc question pour nous d'aller comprendre pourquoi, pour pouvoir mettre fin à cette anarchie », explique notre source.

Dans la rue en effet, il est encore fréquent de se faire accoster par de jeunes gens vous proposant des puces de l'un ou l'autre opérateur de téléphonie mobile, sans vous identifier.

On peut également trouver ces puces déjà activées, contrairement à la règlementation qui exige qu'elles le soient seulement après identification de son utilisateur, auprès des « call boxeurs » et des vendeurs de téléphones.

« Certains vous demandent souvent une photocopie de votre carte nationale d'identité, sans trop insister cependant. D'ailleurs, on se demande ce qu'ils vont en faire », souligne Fabien Ndifor, taximan à Yaoundé.

Toutefois, le fait d'être propriétaire d'un nombre infini de cartes SIM n'est pas un délit, dans la mesure où aucun texte ne l'interdit.

A l'Art, il est seulement question de rester dans le contexte même de la campagne d'identification instituée par le Premier ministre, chef du gouvernement.

Elle visait alors à sécuriser les abonnés et à traquer les criminels et autres délinquants ayant fait du téléphone mobile une arme.

Une nouvelle campagne d'identification est donc lancée et concerne exclusivement les abonnés à plusieurs numéros de téléphones.

D'ailleurs, à travers les médias, les opérateurs de téléphonie mobile invitent les abonnés concernés à venir se faire identifier, sous peine de suspension de tous les numéros.

Ads by Google

Copyright © 2013 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.