L'Observateur Paalga (Ouagadougou)

Afrique de l'Ouest: Sommet Cedeao sur le Mali - Oui, l'ennemi n'attend pas

Photo: Sidwaya
42e Sommet de la Cedeao

La CEDEAO est en conclave. Il s'agit du 42e sommet ordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement de l'organisation régionale, qui se tient les 27 et 28 février à Yamoussoukro, la capitale politique de la Côte d'Ivoire.

Autour de la table d'Alassane Ouattara, son hôte et président en exercice, des chefs d'Etat et représentants des 15 pays membres, allés s'entretenir des sujets brûlants de l'heure.

Comme c'est le cas depuis bien longtemps, ce sont les dossiers politiques qui auront largement monopolisé tous les esprits, éclipsant une fois de plus le volet développement.

Il se trouve, en effet, que l'organisation, à vocation économique, est régulièrement appelée au chevet de l'un ou l'autre de ses membres : quand il ne s'agit pas de la Sierra Leone ou du Liberia, c'est la Guinée Conakry ou sa voisine lusophone qui traversent une crise.

Si les autres pays cités sont plus ou moins sortis des zones de turbulences, la Guinée Bissau reste en proie à l'instabilité chronique. Pas étonnant donc que sa dernière crise politique en date figure en bonne place dans l'agenda du sommet.

Mais comme on pouvait s'en douter, le plat de résistance demeure la crise malienne, qui n'a pas fini de préoccuper les Etats de la sous-région et bien au-delà. Certes, l'opération Serval a permis de reconquérir les grands centres du Nord-Mali, mais les hostilités sont loin d'être terminées.

Elles prennent même depuis peu une forme perverse, mais du reste prévisible, celle de la «guerre asymétrique» menée par des islamistes armés et prêts à tout. Dernier épisode en date, l'attentat-suicide à la voiture piégée qui a fait plusieurs morts mardi à Kidal.

Visiblement le plus dur est à venir, et plus que jamais l'absence sur le terrain des éléments de la MISMA se fait sentir. Invité à la tribune de ses pairs de la CEDEAO, Idriss Deby Itno n'a pas manqué de le souligner, lui dont le contingent de 1800 hommes est en première ligne aux côtés des Français : «L'heure n'est plus aux discours  mais plutôt à l'action», car «l'ennemi n'attend pas», a soutenu le président tchadien, qui n'a d'ailleurs pas caché son impatience.

Oui, l'ennemi n'attend pas, est-on tenté de marteler à la suite du dirigeant d'Afrique centrale, dont on peut aisément comprendre l'exaspération, vu que c'est son pays qui, pour l'heure, a le plus fort contingent africain, payant du même coup le plus lourd tribut à la guerre tandis que les principaux concernés, eux, se hâtent lentement.

Il faut dire que, malgré sa bonne volonté, la CEDEAO reste confrontée à un obstacle majeur, celui du manque du nerf de la guerre, une équation quasiment insoluble pour des Etats déjà impécunieux.

La Communauté n'aura donc pas d'autre choix que de frapper une fois de plus à la porte des bailleurs de fonds. Au rythme où vont les choses, la MISMA risque, faute de moyens, d'arriver comme le médecin après la mort.

Ads by Google

Copyright © 2013 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

La CEDEAO souhaite que la MISMA se transforme en mission de paix

42e Sommet de la Cedeao

Le projet de transformer, à terme, les forces africaines de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) en une mission de paix de l'ONU a obtenu le soutien total des ... Read more »