Le Potentiel (Kinshasa)

28 Février 2013

Afrique: Le repositionnement des troupes africaines au front s'impose

Photo: Sidwaya
42e Sommet de la Cedeao

La mort, vendredi dernier, des 23 soldats tchadiens dans le massif des Ifoghas, lors de violents combats contre les islamistes, fait penser au repositionnement des troupes africaines au Nord-Mali, où les militaires tchadiens sont positionnés sur la première ligne.

Alors que beaucoup pensaient à la capitulation, le retranchement des islamistes dans les montagnes du Nord Mali, n'était pas loin d'un repli stratégique.

Leur dernière attaque contre les forces coalisées qui a occasionné la mort des 23 soldats tchadiens, illustre bien la capacité de nuisance de ces « fous d'Allah » que l'on voulait vendre la peau sans les avoir tués.

Le massacre, vendredi dernier, des militaires tchadiens positionnés en première ligne au cours de violents combats contre les islamistes dans le massif des Ifoghas, relance du coup, le débat sur le repositionnement des troupes africaines engagées dans l'opération « Serval », nom de l'opération militaire menée depuis le mois de janvier par la coalition franco-africaine pour la reconquête des villes maliennes du Nord.

Certes, c'est la France qui mène les opérations, mais en réalité c'est le Tchad, pays de l'Afrique centrale avec ses 1800 hommes, qui paie jusque-là, le plus lourd tribut de cette guerre qui devrait d'abord et avant tout être une affaire des forces de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest.

Pourtant présentes, sur le terrain, les forces de la CEDEAO, ne semblent pas de l'avis de l'Observateur Paalga se livrer trop dans la bataille, rapportant : « jusque-là, on n'a pas encore entendu parler de hauts faits de guerre des Burkinabé, des Sénégalais, des Togolais, des Béninois et même des Nigérians, tête de pont de la mission internationale de soutien au Mali (MISMA) ».

Ce coup dur subi par l'armée tchadienne va indubitablement, attirer l'ire des adversaires politiques du président Idriss Déby dont la gestion des affaires publiques est jugée opaque, par son opposition.

Reste à savoir si la mort de ces 23 tchadiens n'aura pas un impact sur la politique du Tchad qui est plus que tenté de revoir son engagement militaire au Mali.

Une révision qui, au regard de la position sur terrain, imposera un nouveau repositionnement des troupes africaines qui font jusqu'ici oeuvre utile aux côtés des militaires français.

Tout compte fait aussi rarement que de telles morts aboutissent souvent à des révélations troublantes, le coup dur de vendredi dernier aura permis la découverte d'un document confidentiel du numéro un d'AQMI, Abel Maleck Droukdel, visant à constituer un grand Sahara islamiste.

Cette feuille de route, intitulée « Vision globale du projet djihadiste islamique dans l'Azwad », en dit long sur les visées hégémoniques de ce mouvement terroriste, a souligné l'Observateur Paalga.

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.