Cote d'Ivoire: Laurent Gbagbo à la CPI - Un dernier jour d'audience et une déclaration très attendue

La dernière séance de l'audience de confirmation des charges de Laurent Gbagbo se tient ce jeudi après-midi à la Cour pénale internationale à La Haye. Cette audience est capitale puisque c'est elle qui ouvrira ou fermera la porte à un procès de l'ex-président ivoirien devant la justice internationale. La déclaration de Laurent Gbagbo sera le point d'orgue de cette journée.

Cette déclaration est d'autant plus attendue que Laurent Gbagbo ne s'est plus exprimé depuis décembre 2011 et sa première comparution devant la CPI. Cela dit, durant les sept premiers jours d'audience, l'ex-président ivoirien n'est pas resté passif. Depuis le box des accusés, il saluait ses partisans, ses amis. Des partisans qui, une fois de plus, ont bravé le froid pour encourager leur champion. Laurent Gabgbo a également suivi avec assiduité les audiences, acquiesçant ou contestant d'un geste la teneur des débats.

Jusque là, les équipes du procureur et de la défense se sont affrontées à fleuret démoucheté tout en gardant des coups en réserve. La stratégie des avocats de l'ex-président ivoirien qui dénoncent un procès politique a porté principalement sur trois axes. Tout d'abord, ils ont expliqué que si Laurent Gbagbo devait être jugé, c'était en Côte d'Ivoire, comme ses proches, et non à La Haye. Ensuite, ils ont tenté de discréditer le travail du procureur en l'accusant d'être imprécis et partial. Enfin, que les violences commises durant les dix années de crise ivoirienne devaient être imputées aux forces nouvelles et à Alassane Ouattara, qui ont déclenché les hostilités, et non au président déchu.

Laurent Gbagbo a par ailleurs changé d'allure. Il arbore désormais des petites lunettes rondes qui rappellent très opportunément le Mahatma Gandhi, apôtre de la non-violence. Il devrait cet après midi, sauf coup de théâtre, continuer à développer sa thèse, celle d'un président africain ayant tout fait pour éviter la guerre en demandant le recompte des voix mais finalement renversé par la volonté de la France, l'ancienne puissance coloniale.

Cette théorie du complot reçoit un écho dans une partie de l'opinion africaine. En sera-t-il de même avec les trois juges de la CPI ? La réponse sera connue, sauf nouvelle requête, d'ici deux mois.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.