Gabonews (Libreville)

Burkina Faso: Fespaco 2013 - Un colloque sur le cinéma africain

Photo: Gabonews
Imunga Ivanga cinéaste gabonais et l'actrice ivoirienne Naky Sy Savane

Un colloque sur le thème central du FESPACO 2013, « Cinéma africain et politiques publiques », s'est tenu sur deux jours dans la capitale burkinabée, il a permis aux cinéastes africains et aux pouvoirs publics d'évoquer les difficultés que rencontrent l'industrie cinématographique africaine et les solutions éventuelles pour la relancer.

C'est un véritable conclave auquel ont été conviés les acteurs de l'industrie cinématographique africaine à Ouagadougou. Comme à chaque édition, une réflexion a été menée sur la base du thème central.

Pour cette année, il s'est agi pour les professionnels du cinéma et les pouvoirs publics de faire un état des lieux des politiques publiques d'aide aux productions cinématographiques et audiovisuelles dans les pays africains.

Selon Clément Tapsoba, modérateur de ce colloque, « les politiques d'ajustement structurel imposées aux pays africains dans les années 1990 et 2000 ont été exécutées au détriment du cinéma africain ».

Pendant deux décennies donc, le cinéma africain a fait les frais de la rigueur budgétaire sous prétexte qu'il y avait certainement mieux à faire avec l'argent qu'il pouvait recevoir. Aujourd'hui le diagnostic est alarmant car les gouvernements et les institutions financières privées ou publiques sont peu enclins à engager des budgets conséquents pour soutenir le 7ième art alors que dans le même temps le cinéma prend une ampleur considérable dans l'économie africaine et qu'il tend à contribuer à la création des richesses.

L'industrie cinématographique africaine a tout de même survécu au désengagement des pouvoirs publics pendant ces années de restructuration économique. Aujourd'hui il est question pour les parties prenantes du développement du cinéma d'assumer leur engagement.

« Le cinéma évolue dans un système de marché qui suppose des responsabilités que tout un chacun doit assumer pour contribuer à son essor mais par dessus tout, il me semble qu'il y a de la part des acteurs du secteur une demande croissante et permanente de l'intérêt des pouvoirs publics » a déclaré le ministre de la culture du Burkina Faso, Baba Hama, à l'ouverture de cette rencontre.

Dans le même temps, Blaise Louembé, ministre gabonais de l'économie numérique et de la communication, a rappelé que cette réflexion était nécessaire puisque menée par les professionnels du cinéma et dont la contribution permettra aussitôt de « définir des contrats de performance entre ce qu'ils souhaitent réaliser et ce que l'Etat attend de ces professionnels ».

Les pouvoirs publics, mais aussi les institutions internationales culturelles, financières et politiques. Chaque partenaire au développement du cinéma a été appelé à s'investir d'avantage.

L'Organisation International de la Francophonie (OIF), l'Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture (UNESCO), le Fond Panafricain du Cinéma et de l'Audiovisuelle (FPCA), la Banque Africaine du Développement (BAD), les institutions sous-régionales (UEMOA, CEDEAO, CEEAC, CEMAC) et leurs banques de développement sont autant de partenaires capables, avec les gouvernements, de soutenir le cinéma à un niveau suffisant qui permettrait donc d'industrialiser convenablement ce secteur et certainement de rivaliser avec des productions d'ailleurs.

A la clôture, c'est Blaise Louembé, parce que représentant le pays invité d'honneur, qui a lu le mot circonstanciel. Il a notamment rappelé que « le cinéma africain offre un miroir social qui voit des générations de cinéastes réaliser des films sensibles en phase avec notre continent qui subit des mutations.

L'implication des pays africains dans le développement du secteur cinématographique doit plus que jamais être une préoccupation permanente». Les pouvoirs publics se sont ainsi prononcés d'un financement du secteur cinématographique pour qu'il devienne une industrie viable.

Ads by Google

Copyright © 2013 Gabonews. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

Demande d'aide publique au cinéma africain au Faso

Imunga Ivanga cinéaste gabonais et l'actrice ivoirienne Naky Sy Savane

Au terme du colloque sur le thème du 23è FESPACO, intitulé « cinéma africain et politiques publiques en Afrique » les cinéastes africains ont appelé les chefs d’État, ... Read more »