Le Soleil (Dakar)

Sénégal: Nouvelle politique sportive - Mbagnick Ndiaye dévoile les grands axes d'un nouveau départ

Le ministre des Sports a évoqué, vendredi, face à la presse, le nouveau document de politique sportive élaborée par le gouvernement. Après en avoir discuté, jeudi, en Conseil des ministres, Mbagnick Ndiaye a choisi de faire un exposé sur la politique générale de son département visant à développer les différentes disciplines.

Trois axes majeurs vont guider la politique sportive mise en place par le gouvernement. D'abord, les services du ministère ont commencé par faire l'état des lieux de la situation globale des sports au Sénégal marqués par une réelle insuffisance d'encadreurs. Les ressources humaines constituent le fer de lance de la nouvelle politique sportive du gouvernement.

Que ce soit les formateurs, les pratiquants ou encore les encadreurs, Mbagnick Ndiaye accorde une importance capitale aux acteurs qui doivent faire évoluer le secteur. Ce qui commence par la formation. Et le constat est amer, selon le ministre qui soutient que le Sénégal ne compte que « 38 inspecteurs de la Jeunesse qui seront réduits à 27 en 2017 après des départs à la retraite ».

D'où la nécessité de recruter des cadres pour penser et mettre en oeuvre la politique sportive à travers la création de structures de formations et la réfection de celles déjà existantes comme l'Inseps et le Cneps de Thiès qui, en plus de servir de centre de formation, servira pour l'hébergement des équipes nationales en regroupement. A côté de ces écoles, instituts et centres, la construction et la réhabilitation d'infrastructures sportives figurent en bonne place dans le programme sportif élaboré par le gouvernement. C'est ainsi que le ministre a annoncé que la somme de 200 millions de FCfa sera dégagée pour la réfection du stade Léopold Sédar Senghor, seule structure à même d'accueillir actuellement les compétitions internationales. Le stade Demba sera également rénové avec une enveloppe de quelques 400 millions.

Mbagnick Ndiaye a également souligné pour le regretter l'arrêt des travaux du stade Lat-Dior de Thiès qui pourrait suppléer celui de Dakar en cas de problème. Et le ministre d'annoncer que les travaux seront repris, tout comme se poursuivront les travaux des stades Caroline Diop de Mbour, Aline Sitoë Diatta de Ziguinchor, mais aussi la construction de nouveaux dans le cadre du programme chinois.

Dans la perspective d'organiser des événements internationaux, Mbagnick Ndiaye annonce l'agrandissement (ou rénovation) des stades Lat Dior, Médine de Saint-Louis, Caroline Diop de Mbour, Aline Sitoë Diatta de Ziguinchor en plus de ceux de Dakar. Des zones ciblées en raison des infrastructures hôtelières qui les entourent et qui peuvent accueillir des compétiteurs.

Fonds pour le développement du sport

Les ressources publiques ne suffisent pas pour mener à bien la politique sportive du Sénégal, les pouvoirs publics pensent maintenant à la mise en place de mécanismes pour rationnaliser les ressources.

Aussi, s'engagent-ils à porter progressivement l'enveloppe allouée au sport à 1% du budget national, mais cette somme est largement insuffisante, avoue Mbagnick Ndiaye qui préconise, du coup, la recherche de ressources additionnelles pour résorber le gap. C'est ainsi que l'Inspection générale d'Etat (Ige) avait recommandé, selon lui, « la mise en place d'un Fonds national de développement du sport » à travers lequel les partenaires pourront épauler les pouvoirs publics dans la recherche de financements des activités et infrastructures sportives.

L'expression des besoins en matière sportive de cette année s'élève à environ 4,1 milliards de FCfa alors que la somme allouée est de 900 millions, renseigne le ministre. Il ajoute que la mise en place de ce fonds permettra au secteur privé de s'impliquer dans le développement du sport. Les collectivités locales seront aussi mises à contribution pour le développement du sport à la base.

Le ministre promet un appui aux pouvoirs locaux dans l'encadrement, la construction d'infrastructures à Podor et Fatick ciblées pour servir de zones pilotes. Il a, en outre, annoncé la création de centres régionaux de formation spécialisés dans la détection de jeunes footballeurs, un projet qui débutera à Fatick sous la direction d'Abdou Salam Lam (ancien formateur à Diambars et ex-entraîneur de l'Uso), appuyé par Peter Schnittger, ancien sélectionneur des « Lions » qui a proposé ses services pour travailler dans ce projet.

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.