20 Avril 2013

Cameroun: Libération de la famille Moulin-Fournier - Y a-t-il eu des contreparties?

Photo: RFI
La famille française Moulin-Fournier avait été enlevée mi-février dans le nord du Cameroun par des islamistes de Boko Haram.

La famille Moulin-Fournier enlevée au Cameroun est rentrée en France ce samedi 20 avril après deux mois de captivité au Nigeria. François Hollande, tout comme Tanguy Moulin-Fournier, a remercié le président Paul Biya pour son aide. Les autorités camerounaises ont en effet beaucoup travaillé à leur libération. Reste à savoir quelles contreparties ont été accordées aux ravisseurs.

De sources concordantes, il y a bien eu échange de prisonniers et le Cameroun a bien remis à Boko Haram de présumés membres de la secte islamiste incarcérés dans le pays.

Les chiffres exacts divergnent selon les sources. Entre 10 et 12 personnes auraient ainsi été échangées dans la nuit de jeudi à vendredi contre les otages français. Comment cela s'est-il passé ? Un peu comme dans les films, a expliqué une source proche du dossier, faisant référence aux échanges en pleine nuit de deux groupes d'otages. Des sources qui précisent que c'est l'un des rares moments où la famille Moulin-Fournier a été séparée.

Il n'y a donc pas eu d'opération coup de poing ou de passage en force, mais bien un échange, fruit de négociations menées par Yaoundé avec l'aval de Paris qui a suivi tout cela de très près.

Aucune certitude, en revanche, sur un éventuel versement de rançon. Une bonne source affirme, en tout cas, « que tout le monde avait le carnet de chèques à la main durant ces négociations ». Paris réfute catégoriquement d'avoir versé de l'argent aux ravisseurs, mais il n'est pas dit que Yaoundé ou surtout GDF-Suez, l'entreprise qui emploie Tanguy Moulin-Fournier, n'ait pas mis la main à la poche dans cette affaire.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.