3 Juin 2013

Afrique: L'élimination des pratiques sociales et culturelles néfastes au menu de la Journée de l'enfant africain

Dakar — Le Comité africain des droits de l'enfant a choisi, pour la commémoration de la 23ème Journée de l'enfant africain (JEA) 2013, de mener le plaidoyer et de porter les efforts des gouvernements et des organismes sur "l'élimination des pratiques sociales et culturelles affectant les enfants".

"L'objectif général de la célébration de la JEA de 2013 est d'attirer l'attention sur les pratiques sociales et culturelles néfastes exercées sur les enfants et souligner les rôles et les responsabilités des diverses parties prenantes", a expliqué le directeur des droits et de la protection de l'enfance et des groupes vulnérables, Niokhobaye Diouf.

Il introduisait, lundi, au bureau de l'Unesco à Dakar, une session d'information à l'intention des journalistes en prélude à la célébration de la Journée de l'enfant africain, le 16 juin prochain.

Cette commémoration, instituée par l'Union africaine, rappelle les émeutes de 1976 à Soweto (Afrique du sud), quand une manifestation d'adolescents protestant contre l'imposition de l'enseignement exclusif en langue afrikaans fut réprimée de façon brutale et meurtrière par la police.

Pour le directeur des droits et de la protection de l'enfance, la JEA est une "opportunité pour réfléchir sur les réalités vécues de nos jours, par les enfants en Afrique".

"Cette commémoration permet à ceux qui s'occupent du bien-être des enfants de se concentrer sur le travail de tous les acteurs dévoués aux droits de l'enfant , de consolider leurs efforts et de lever les obstacles à la réalisation des droits de l'enfant au Sénégal", a-t-il expliqué.

Il s'agit ainsi de "dresser le bilan et sensibiliser sur les pratiques sociales et culturelles néfastes exercées contre les enfants", pour montrer les conséquences négatives de ces pratiques sur les divers droits de l'enfant.

Pour le chef de la section protection de l'enfance à l'UNICEF, Jean Lieby, "la liste des pratiques sociales et culturelles néfastes que l'on peut trouver partout en Afrique est longue". Il à cet égard cité l'excision, les mariages précoces, la mendicité, le travail des enfants, entre autres.

"Ces pratiques ne doivent plus être d'actualité en ce 21ème siècle", a-t-il dit. C'est pourquoi il a appelé les journalistes à être les porte-voix des enfants pour sensibiliser, contre ces pratiques qui portent atteinte à leurs droits les plus élémentaires.

Au cours de la session d'information présidée par le secrétaire général du ministre de la Famille, Ibrahima Diop, des communications ont été données sur les pratiques sociales et culturelles néfastes aux enfants, en mettant l'accent sur les aspects socio-culturels, les aspects juridiques et institutionnels, les aspects sanitaires et psychologiques.

La cérémonie officielle de commémoration de la JEA est prévue le 16 juin à Kaolack (centre). Au Sénégal, cette journée marque le lancement d'une semaine consacrée à l'enfance, avec des activités de sensibilisation et de plaidoyer qui seront déroulées sur l'ensemble du territoire national.

Ads by Google

Copyright © 2013 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.