Sidwaya (Ouagadougou)

9 Juin 2013

Burkina Faso: Miss universités 2013 - Nadège Bayili, nouvelle reine

L'élection de la Miss universités a eu lieu, pour la 11e fois consécutive, le samedi 8 juin 2013, à la salle des Banquets de Ouaga 2000. Au terme du concours, le jury a désigné Nadège Bayili comme la plus belle et la plus intelligente des candidates. Elle a eu comme première dauphine, Madina Diallo et Inès Bakouan, la deuxième.

La 11e édition du concours Miss Universités a consacré le samedi 8 juin 2013, Nadège Bayili (candidate n°15) comme l'étudiante la plus charmante et la plus intelligente des universités et des écoles supérieures du Burkina Faso. Elle succède à Fabienne Nonga qui avait reçu la couronne en 2012.

Elle est suivie de Madina Diallo (candidate n°1) qui est la première dauphine et d'Inès Bakouan (candidate n°11) comme deuxième dauphine.

Outre le verdict du jury, le public a aussi choisi sa miss en la personne d'Olive Poda. Elle a été élue Miss du public avec 975 votes sur la page facebook de Nescafé et a reçu une moto d'une valeur de 750 mille francs CFA.

La Miss a, quant à elle, reçu, en plus de la couronne, une moto d'une valeur de 500 mille francs, une clé de connexion Telmob 3G+, un ordinateur et une quantité de savon Unilever équivalente à son poids.

Pour ce qui est des deux dauphines, elles sont réparties, chacune, avec sept complets de pagnes Woodin, une clé de connexion 3G+ de Telmob, 300 000 F CFA de bourse d'études pour la première dauphine et 200 000 F pour la deuxième.

La sélection des membres du jury, présidé par Simon Tarnagda, s'est faite après trois passages des candidates en tenue traditionnelle, tenue de jeune fille et en tenue de ville. Les jurés ont été attentifs au sourire, à la beauté du visage et aux messages des candidates (l'interview). Sur ce dernier aspect, toutes les seize participantes se sont exprimées sur la « paix ».

Elles ont toutes reconnu que la paix est un facteur de développement de toute nation et pour ce faire, elle est une valeur qu'il faut préserver. C'est d'ailleurs dans cette dynamique que la Miss Nadège Bayili compte se lancer durant son mandat. « Je suis vraiment heureuse parce que je ne m'y attendais pas.

Dans les jours à venir, je prévois d'organiser, avec la collaboration de la délégation générale de Miss universités, des tournées dans les différentes écoles supérieures du pays pour donner un message de paix à mes camarades étudiants », a confié celle qui porte désormais la couronne de Miss universités.

Selon le promoteur du concours, Honoré Bambara, c'est grâce à la stabilité du « pays des hommes intègres » que depuis onze ans, toutes les éditions ont pu se tenir.

C'est pourquoi, il a estimé qu'au-delà de la beauté physique des candidates, c'est le message livré qui est important. A cet effet, il a invité les Burkinabè à toujours cultiver l'esprit d'amour et de pardon. Il a aussi précisé que la compétition vise à créer un cadre d'expression pour les étudiants et une tribune récréative pour l'ensemble de la jeunesse du Burkina Faso.

La soirée qui a tenu toute ses promesses a aussi été riche en couleur et en son. C'est ainsi que l'artiste-musicienne ivoirienne, Bétika, a gratifié le public de prestations très ovationnées, notamment son titre à succès « Fakalo ».

Aussi, les convives ont suivi deux défilés de mode de tenues prêts-à-porter de la maison Vlisco avec à l'honneur, les stylistes Prince Dessuti et Marcel Ouédraogo.

A partir de l'année prochaine, a indiqué le promoteur Bambara, le concours va prendre une allure plus générale et va avoir pour dénomination « Miss Faso ».

A l'entendre, cette option a pour objectif de permettre à de nombreuses jeunes filles, issues de milieux divers, de devenir reines de la beauté au Burkina Faso.

Ads by Google

Copyright © 2013 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.