Le Soleil (Dakar)

14 Juin 2013

Liberia/Sénégal: Eliminatoires du Mondial 2014 - Liberia/Sénégal, dimanche

Ils ne seront que deux « Lions » à pouvoir en témoigner, parmi la génération actuelle qui débarque cet après-midi à Monrovia pour y croiser, dimanche, le « Lone star » du Liberia. Peut-être même que le souvenir s'est estompé dans leur mémoire.

Mais, Bouna Coundoul, alors remplaçant du portier et capitaine Tony Sylva et Pape Modou Sougou dont les performances sous le maillot du club portugais de Leira ne suffisaient pas encore pour en faire un titulaire à part entière dans la Tanière, pourraient rappeler à leurs actuels coéquipiers la page sombre d'histoire des « Lions » qui s'était écrite ici, au Samuel K. Doe stadium. C'était un certain dimanche 15 juin 2008 et cela fera donc exactement 5 ans jour pour jour demain, veille d'un autre match très important, que la descente aux enfers des « Lions » avait commencé.

Ce jour-là, l'équipe du Sénégal alors entraînée par Lamine Ndiaye, n'avait pu faire que match nul 2 buts partout, face au Liberia, après avoir pourtant mené par 2 buts à 0. Elle était certes restée leader de son groupe des éliminatoires combinées Can/Mondial 2010 (devant l'Algérie, la Gambie et donc le Liberia) à l'issue de cette rencontre de la 3ème journée, mais elle y avait laissé 2 points qui lui ont été fatals au décompte final.

Plus que la défaite lors de la phase retour à Blida face à l'Algérie (2 - 3) et plus encore que le nul-défaite concédé à L.S. Senghor face à la Gambie, c'est ce 2 - 2 ramené de Monrovia qui avait valu aux « Lions » l'élimination de la course à « Angola 2010 » et à « Afrique du Sud 2010 ».

Et dans la foulée, le Sénégal s'était retrouvé « rétrogradé » en D2 africaine en plus d'être resté 3 ans sans prendre part à des éliminatoires. Un énorme coup dur qui marqua d'ailleurs la fin de parcours de nombre des joueurs qui avaient été de la belle épopée de 2002.

Ce jour-là, autant que l'arbitre togolais Djavupe Kokou qui avait ouvertement pris fait et cause pour les Libériens(en oubliant de siffler un pénalty flagrant pour Issiar Dia et en refusant un but valide d'El Hadji Diouf), les joueurs sénégalais eux-mêmes avaient contribué à se compliquer la tâche.

En effet, dans l'art de se tirer une balle dans la jambe, ils avaient battu tous les records avec un festival de maladresses offensives (surtout) qui avaient permis au « Lone star » de revenir dans une partie qui lui filait entre les doigts.

Depuis, il est vrai, le Sénégal s'est brillamment qualifié à une Can (en 2012 en Guinée équatoriale), mais il s'était inexplicablement éteint en phase finale, concédant un historique zéro pointé avec 3 défaites en autant de match. Et la Can de cette année en Afrique du Sud, ils l'ont ratée.

Là, ils sont toujours leaders du Groupe J des éliminatoires du Mondial 2014 ; mais pas aussi souverainement que le laissaient penser les pronostics. Si bien que, dimanche, sur ce même stade où ils avaient débuté leur chemin de croix, on est en droit de craindre une rechute. Surtout après le mouvement d'humeur de ces derniers jours à Accra au Ghana où ils ont mis la dernière main à leur préparation en direction de ce match.

A moins que... Oui, à moins qu'ils nous sortent une prestation digne de celle du 10 octobre 2004, et à peu près dans un même contexte. En éliminatoires combinées Can/Coupe du monde 2006, les « Lions » avaient filé un cinglant 3 - 0 au Liberia dans ce même Samuel K. Doe stadium, sans El Hadji Diouf proprement débarqué de l'avion en partance pour Monrovia, par Guy Stephan, le coach d'alors qui n'avait pas apprécié les escapades nocturnes de sa star.

Quelques joueurs avaient alors menacé de ne pas faire le voyage en solidarité avec le « banni » ; mais tout était rentré dans l'ordre à force de négociations. Un peu comme ce qui s'est passé à Accra, quoi !

Cet épisode-là par contre, il ne se trouvera certainement personne de l'intérieur pour le rappeler à la génération actuelle. Mais, elle ne devrait même pas avoir besoin de tous ces repères. C'est à elle d'en créer, d'en écrire de somptueux et éloquents. Pour elle. Et pour l'histoire. En tout cas, une nouvelle (belle) histoire peut bien débuter dimanche à Monrovia. 5 ans et un jour après, ce serait bien beau, non ?

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.