16 Août 2013

Egypte: Les premières répercussions économiques de la crise égyptienne

Plusieurs grandes entreprises internationales implantées en Egypte ont, depuis jeudi 15 août 2013, suspendu provisoirement leurs activités en raison des violences qui secouent le pays.

Electrolux a été l'un des premiers à annoncer l'arrêt de ses activités en Egypte. Le géant suédois de l'électroménager emploie 6 700 employés dans le pays.

Daniel Frykholm est le porte-parole du groupe. Il explique : « Electrolux a demandé à ses employés de rester chez eux. Nous ne voulons pas qu'ils prennent de risques en se déplaçant pour venir travailler. Nous déciderons samedi soir s'ils peuvent reprendre le travail. »

Dans la foulée, la compagnie pétrolière Shell a décidé de fermer ses bureaux au Caire.

Le groupe automobile américain General Mortors a quant à lui arrêté les chaînes de son site d'assemblage situé près de la capitale égyptienne.

Citigroup, la troisième banque des Etats-Unis, qui emploie 650 personnes en Egypte, a suivi le mouvement. La banque a annoncé des pertes de conversion d'environ 100 millions de dollars depuis le déclin de la livre égyptienne face au dollar.

Présente dans le pays depuis 30 ans, la banque britannique HSBC a elle aussi fermé 75 antennes. Pour HSBC, l'Egypte représente un marché à croissance prioritaire. D'autres compagnies sont en alerte, comme Heineken, Ericsson ou encore Leoni.

La situation en Egypte aura de sérieuses répercussions sur l'industrie du tourisme. A titre d'exemple, les hôtels de la mer Roug

Les tours opérateurs russes se doivent de suivre les recommandations des autorités compétentes. Il en va de la sécurité des touristes, selon Evguéni Pissarevski, vice-directeur de l'Agence fédérale du tourisme.

Il explique : « L'Agence fédérale du tourisme ne pouvait pas agir différemment, après la mort d'une personne à Hourgada. La situation en Egypte avait été évoquée il y a déjà un mois, on avait alors demandé aux tours-opérateurs de limiter leurs ventes vers l'Egypte et d'orienter les touristes russes vers d'autres destinations. »

Actuellement, les Russes sont plus de 50 000 à se reposer en Egypte. Cinquante mille autres séjours ont déjà été vendus jusqu'à fin septembre. Le manque à gagner sera donc considérable pour le secteur, comme le précise Maïa Lomidzé, directrice de l'Association des tours-opérateurs russes.

« Le coût moyen d'un séjour pour une personne en août s'élève à 600-700 dollars, confie-t-elle. Le manque à gagner pourrait donc atteindre 35 millions de dollars. Ce sont les sommes que nous devrons rembourser.

Et je ne parle pas de l'arrêt complet de cette destination. Nous avons compté que nous pourrions enregistrer un manque à gagner allant jusqu'à 100 millions d'euros si l'état d'urgence durait plus d'un mois. »

Plusieurs centaines de Russes se sont encore envolés vers l'Egypte ce vendredi, avant que les recommandations de l'Agence fédérale du tourisme ne soient rendues publiques.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.