Sidwaya (Ouagadougou)

27 Août 2013

Burkina Faso: Les barrages du Burkina méritent d'être mieux protégés

opinion

Le Burkina Faso, situé dans la zone sahélienne de l'Afrique, est un pays sans débouché maritime. Face à ses conditions climatiques difficiles, le gouvernement a développé une politique de l'eau, visant la construction de barrages pour subvenir aux multiples besoins hydroagricoles, hydro-électriques et domestiques.

Près de 2 100 barrages de différentes capacités, en majorité saisonniers, ont été construits depuis 1960 à nos jours.. Les barrages pérennes sont pour la plupart concentrés dans la partie centrale du pays. Ce sont des retenues d'eau de 50 à 100 ha de superficie minimale en période d'étiage, et de 150 à 300 ha de superficie maximale en période d'hivernage. Le potentiel en terres irrigables a été estimé à 164 à 460 ha.

Cependant, on constate ces dernières années, une floraison d'activités aux abords de ces retenues d'eau, surtout ceux de Ouagadougou. De véritables agressions qui menacent la survie des barrages et des populations qui en dépendent. On peut citer comme actions néfastes, les cultures maraîchères, les pépinières, les dépôts et décharges d'ordures ménagères, les eaux usées, l'installation des bars, maquis, restaurants et garages dans la cuvette des barrages.

Toutes ces activités participent très fortement au phénomène de l'ensablement. Phénomène qui menace même l'existence des barrages et augmente les risques d'inondations. Aussi, on assiste à la pollution de l'eau par les intrants agricoles et les eaux usées, entraînant ainsi l'augmentation de la turbidité des eaux.

Le traitement de l'eau devient de plus en plus difficile. A cet effet, l'Office national de l'eau et de l'assainissement (ONEA) se voit obligé d'utiliser une importante quantité de produits coagulants pendant la potabilisation de l'or bleu, d'où l'augmentation des dépenses.

Cela risque d'entraîner la baisse de la qualité du liquide précieux ou un coût plus élevé du mètre cube. En effet, la qualité de l'eau pourrait nuire à la santé des consommateurs car les maladies diarrhéiques et parasitaires feront surface.

Au plan environnemental, la pollution est responsable de l'eutrophisation des eaux qui se manifeste chaque année par la prolifération invasive de la jacinthe dans les barrages. Alors, il est impératif de changer de comportement et mieux, assainir ces retenues d'eau.

Ads by Google

Copyright © 2013 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.