Le Soleil (Dakar)

23 Septembre 2013

Sénégal: Le Syndicats des enseignants libres exige la signature du protocole d'accord

Le Syndicat des enseignants libres du Sénégal (Sels) demande au gouvernement de signer le protocole d'accord dans les meilleurs délais. Il appelle à la mise en place d'un comité de suivi du protocole.

Au terme de son Conseil syndical national, le Syndicat des enseignants libres du Sénégal (Sels) a fait face à la presse hier. Après une radioscopie de la situation éducative de l'année écoulée marquée par une « instabilité du système » du fait de la persistance des grèves, le syndicat exige du gouvernement la signature du protocole d'accord.

Selon le Sels, les perturbations sont causées par le gouvernement qui, par ses stratégies « dilatoires », n'a convoqué les syndicats qu'en fin d'année scolaire pour leur faire des propositions dans le cadre de la prise en compte des préoccupations des enseignants.

« Nous nous trouvons à la dernière étape de la finalisation des discussions avec un grand retard. C'est pourquoi nous exigeons du gouvernement la signature du protocole et la convocation, dans les meilleurs délais, de la plénière avec les syndicats », a expliqué Souleymane Diallo, secrétaire général du syndicat.

Pour lui, il ne s'agira pas seulement de signer le protocole et de le ranger dans les tiroirs, mais de mettre en place un comité de suivi qui sera présidé par le Premier ministre afin d'assurer son application, gage d'une stabilité du système éducatif pour la prochaine rentrée scolaire.

Le Sels exige aussi de l'Etat une prise en charge de tous les enseignants qui ont fait l'objet d'une omission dans le cadre de la formation diplomante des inspecteurs adjoints et de tous les maîtres contractuels qui ont été exclus de cette formation, car ne disposant pas d'un acte de nomination ou d'engagement.

Le Sels veut également le respect des principes de la gestion démocratique des enseignants. « Il n'est pas question d'aller vers un recul, voire une remise en cause des acquis du mouvement syndical enseignant.

Nous invitons le gouvernement à aller dans le sens du respect de ces principes », a indiqué M. Diallo. A l'en croire, si les revendications ne sont pas appliquées, l'Etat sera responsable des conditions d'une perturbation de l'école.

« Nous allons écrire au président de la République et au Premier ministre pour les informer des conclusions de notre Conseil syndical et de nos attentes, pour qu'ils aillent dans le sens de signer le protocole et de l'appliquer », a-t-il fait comprendre. De même, le secrétaire général demande au gouvernement de veiller à temps au paiement des indemnités des enseignants.

Par ailleurs, le Sels a réfléchi sur les préparatifs des assisses de l'éducation, prévues en 2014. Pour le syndicat, quatre problématiques devront être étudiées. Il s'agit du financement de l'éducation, de la gouvernance du système éducatif et du dialogue social et de l'application des conclusions.

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.