20 Novembre 2013

Afrique: Lilyan Kesteloot, une grande pionnière des études africaines

Lilyan Kesteloot a révélé au monde les richesses insoupçonnées des lettres africaines. Ses collègues chercheurs et enseignants, tout comme ses étudiants devenus eux-mêmes de grands professeurs reviennent sur l'aventure intellectuelle de cette universitaire pas comme les autres. Sa thèse pionnière sur la négritude et ses recherches sur les littératures orales africaines au sein de l'Institut fondamental de l'Afrique noire de Dakar ont fait d'elle l'une des plus éminentes spécialistes du monde littéraire subsaharien.

Lilyan Kesteloot fut la première à s'intéresser au corpus de littérature francophone africaine de manière systématique. Elle en a fait un objet d'étude et a contribué à la reconnaissance populaire et institutionnelle de ses auteurs. C'est à son travail infatigable de révélation de l'Afrique des mots et des lettres que Kesteloot poursuit depuis plus de soixante ans, que rendent hommage les auteurs réunis dans l'ouvrage que viennent de publier les éditions Karthala sous le titre Au carrefour des littératures Afrique-Europe : Hommage à Lilyan Kesteloot.

Rassemblés par Abdoulaye Keïta, ancien étudiant et collègue de Lilyan Kesteloot à l'Institut fondamental de l'Afrique noire (IFAN), la vingtaine d'articles qui composent ce volume revient sur les sujets qui ont mobilisé l'attention de l'universitaire tout au long de ses soixante longues années de recherches et de travaux. Ces études relèvent autant du champ littéraire contemporain que du champ traditionnel, deux domaines entre lesquels Lilyan Kesteloot n'a eu cesse de voguer, jetant des passerelles entre tradition et modernité.

Et Kesteloot « créa » la littérature africaine

« Mon intérêt pour la littérature africaine est née de mon enfance coloniale dans le Congo belge », aime rappeler Lilyan Kesteloot. Mais c'est sa découverte en France dans les années 1950 du Cahier d'un retour au pays natal du Martiniquais Aimé Césaire qui a été le véritable point de départ de son engouement pour les lettres africaines.

« Un électrochoc », d'où naîtra quelques années plus tard sa célèbre thèse sur Les Ecrivains noirs de langue française : naissance d'une littérature. Cette thèse, soutenue en 1961, à l'Université libre de Bruxelles, fit date, révélant au monde la galaxie naissante des lettres modernes africaines. Spécialiste du mouvement de la négritude, Kesteloot a connu de près ses principaux épigones, dont Senghor et Césaire. Ses travaux sur ces deux monstres sacrés des lettres africaines font aujourd'hui autorité.

Le rôle de pionnière, Lilyan Kesteloot a continué à le jouer en publiant en 1962 Neuf poètes camerounais, un recueil réunissant pour la première fois les grands noms de la poésie camerounaise balbutiante. Mais la grande spécificité du professeur Kesteloot est d'avoir su relier les textes modernes des écrivains africains au fonds littéraire de leurs cultures d'origine.

Tout son travail consiste à rappeler que la littérature occidentale n'est pas le seul modèle des auteurs africains modernes. Senghor ne disait-il pas que ses véritables modèles sont à chercher du côté des poètes et des poétesses qui enchantaient son « royaume d'enfance » ? Aussi, pour mieux éclairer les thèmes et l'esthétique de la littérature africaine moderne, Kesteloot s'est très tôt intéressée à l'oralité africaine, à son contenu, mais aussi aux conditions de sa production.

« Ils sont au cinéma » Karthala

C'est Senghor, devenu en 1960 président du Sénégal, qui chargea l'universitaire de l'ouverture dans le cadre de l'IFAN d'un département spécial chargé d'assurer la collecte des traditions orales de l'ouest africain. Une mission que Kesteloot a menée avec une dévotion exceptionnelle, investissant le champ des contes, fables et légendes, mais aussi épopées et mythes.

On connaît les écrits théoriques de l'universitaire sur ces différents genres, notamment sur les épopées africaines (Les Epopées d'Afrique noire, Karthala-Unesco, 1997, avec Bassirou Dieng), on connaît ses traductions des épopées et des mythes, notamment ses réécritures des récits initiatiques peuls en collaboration avec Amadou Hampâté Bâ (Kaïdara, Classiques africains, 1968).

Or on connaît moins bien son travail de récolte et d'enregistrements de textes oraux dans le cadre de l'IFAN où elle a créé une sonothèque regroupant plus de 2000 enregistrements. Ces enregistrements mettent en scène l'oralité à l'œuvre, comme un véritable phénomène de civilisation. « Il faut avoir observé, a-t-elle écrit, les gens captivés par un griot bien en forme : ils réagissent à la moindre de ses saillies, ils retiennent leur souffle dans les instants de suspens, ils éclatent de rire à ses bons mots, ils approuvent et répondent à ses questions, bref, ils sont au cinéma. »

Dans le domaine de l'oralité aussi, Lilyan Kesteloot a fait œuvre pionnière en la soumettant pour la première fois à la perspective comparatiste, comme le rappellent un certain nombre de contributions à l'ouvrage d'hommages à l'immense universitaire que nous présentons ici. Ses intuitions relatives à la pertinence des comparaisons notamment entre chansons de geste (Europe) et épopées de l'Afrique de l'Ouest ont permis d'ouvrir des voies de recherche particulièrement fécondes, rapprochant le Moyen Age européen de l'oralité africaine.

Nous, les amoureux des Senghor, des Césaire et leur postérité féconde, avons tous une dette à l'égard de Lilyan Kesteloot. Dette que les chercheurs qui se spécialisent aujourd'hui dans le champ littéraire africain défriché par cette universitaire exceptionnelle ne peuvent renier.

Au carrefour des littératures Afrique-Europe. Hommage à Lilyan Kesteloot. Sous la direction d'Abdoulaye Keïta. Publié par IFAN/Karthala. 372 pages. 29 euros.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.