Le Soleil (Dakar)

Sénégal: Vote du Budget 2014 du Ministère des Sports - Les infrastructures au centre des débats

Le budget du ministère des Sports et de la Vie associative a connu une hausse d'un peu plus de 114 millions de FCfa par rapport à l'exercice en cours. Il s'élève à 10.179.657.120 FCfa avec un accroissement en valeur relative de 1,13%. Une enveloppe insuffisante, selon les députés. Ils ont évoqué divers aspects liés à la marche du sport national.

Le ministère des Sports et de la Vie associative s'est vu allouer une somme de 114 millions de plus par rapport au précédent exercice. Deux titres dans le nouvel exercice voient les sommes qui leur sont allouées augmenter. Il en est ainsi des dépenses de fonctionnement.

A l'inverse, les dépenses de personnel et les dépenses en capital ont été revues à la baisse avec des diminutions respectives de 101.960.800 FCfa et 1.302.000.000 FCfa. Le travail en commission qui s'est poursuivi dans l'Hémicycle a permis au ministre des Sports d'échanger avec les députés qui ont beaucoup insisté sur les points brûlants de l'heure.

De la suspension des équipes du Sénégal de basket à celle des anciens sportifs de haut niveau, en passant par la modicité de la somme allouée au sport, le dopage, le « navétane », entre autres points ont été évoqués par les députés. Pour beaucoup d'entre eux, la part réservée au secteur, dans le budget, est très insuffisante. Ils ont plaidé la hausse du budget pour permettre aux sportifs de réaliser des objectifs.

Sur la question du dopage, le monde de la lutte est encore indexé avec la santé des lutteurs qui préoccupe les députés. C'est ainsi que Aïssata Tall Sall a plaidé pour des « investigations dans le milieu pour voir ce qui s'y passe ». La situation de beaucoup d'anciens sportifs qui ont porté haut le flambeau national a également été prise en compte.

Pour les députés, ces sportifs doivent être assistés après leur retraite par l'Etat à travers un fonds. Sur ce point, la situation actuelle de Mame Diodio Diouf blessée doit faire l'objet d'une attention particulière de la part des pouvoirs publics.

Basket : une mission de Fiba monde attendue à Dakar

Dans ses réponses, Mbagnick Ndiaye a voulu rassurer les députés en évoquant les efforts fournis par l'Etat pour répondre aux préoccupations du monde sportif. Le ministre a évoqué la finalisation des travaux de certains stades dans les régions.

Aussi, des préoccupations comme le dopage, la situation du basketball ont été pris en compte par le ministre. Sur le point concernant la lutte, il a annoncé « des mesures draconiennes » pour dissuader les fautifs et « préserver la santé des lutteurs ».

Selon le ministre, les travaux de certaines infrastructures ont été retardés par des problèmes de procédure. C'est le cas des stades Léopold Sédar Senghor et Demba Diop, ou encore l'hivernage qui a rendu impossible la pose des gazons synthétiques. Au plus tard, en début du mois de janvier, les stades de Matam et Médine à Saint-Louis seront réceptionnés, a dit le ministre.

Le face à face avec les députés a été l'occasion, pour Mbagnick Ndiaye, de répondre sur la situation du basket et la mise en place d'un Comité de normalisation. Certains d'entre eux ont pointé du doigt les pratiques qui ont valu au pays les sanctions. Ils ont déploré ces agissements qui sont toujours de mise dans plusieurs disciplines au Sénégal.

Après avoir justifié la décision de « sanctionner les fautifs », le ministre a annoncé la visite prochaine d'envoyés de l'instance mondiale du basket, la Fiba, pour discuter avec le Comité de normalisation. Une occasion, pour les responsables du basket national et international, de cerner les problèmes qui gravitent autour et de leur trouver des solutions pour que le basket puisse aller de l'avant.

Copyright © 2013 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.