Le Phare (Kinshasa)

8 Janvier 2014

Congo-Kinshasa: Bondo/Province Orientale - Près de 5 000 personnes déplacées à Bulumasi après une incursion de la LRA

Pillage des greniers et bétails, incendies des cases, 3 personnes tuées, une trentaine enlevée, tel est le bilan provisoire d'une nouvelle incursion des rebelles ougandais de la LRA dans le District du Bas-Uélé, Province Orientale, au Nord-Est de la RD Congo.

C'est dans la nuit du 24 au 25 décembre 2013 que ces rebelles ont attaqué les villages Baday et Nambala, de la chefferie Gwamangi, Poste d'Etat de BILI, Territoire de Bondo, respectivement à 235 et 245 kms, à l'Est du siège épiscopal du Diocèse de BONDO, rapporte caritasdev.cd.

Des éléments de la Lord's Resistance Army (LRA) ont semé la terreur au sein de la population, empêchant les chrétiens de fêter la Noël, indique une source religieuse locale. « Parmi les otages emmenés en brousse, le catéchiste de la chapelle Baday et deux fils du commerçant Kennedy de BILI se sont échappés et sont retournés aux villages », précise la source.

Par ailleurs, l'Evêque de Bondo, Monseigneur Etienne Ung'Eyowun, de retour de la fête du centenaire du Diocèse de Mahagi-Nioka via Ango, se trouvait en ce moment là à la Paroisse Christ-Roi de BILI. Il avait prévu de se rendre à Bulumasi (265 Kms de Bondo, sur la même route de Baday et Nambala) pour célébrer la fête de la Sainte Famille (le 29/12/2013) avec les fidèles. Ce voyage a été annulé par le Conseil de sécurité du Poste d'Etat BILI.

Les rescapés de Baday et de Nambala se retrouvent actuellement à Bulumasi et à Bili dans la peur d'une nouvelle attaque de la LRA. Leurs conditions de vie demeurent médiocres.

Conséquences humanitaires précaires

L'incursion de la LRA perpétrée depuis le 24 décembre 2013 dans les villages de Baday, Nambala, Disalio, ... ont provoqué des conséquences humanitaires dramatiques. La population du village Nambala et Gitalio, environ 5.000 personnes, s'est déplacée à Bulumasi. La sécurité alimentaire y est menacée, suite à cet accroissement de l'effectif de la population locale. En outre, la prise en charge des personnes malades cause un grave problème vu la capacité limitée du centre de santé Bulumasi ( en médicaments et en personnel).

Les conditions très mauvaises de logement exposent la population déplacée et surtout les enfants, les femmes enceintes et les vieillards aux maladies telles que l'infection respiratoire aiguë, paludisme, diarrhée et anémie qui ont déjà fait plus de 40 décès, souligne un Responsable de la Caritas de la paroisse Saint André de Gumbu, dans une note datant du 28 décembre 2013, parvenue mardi à caritasdev.cd. Ce dernier plaide pour une aide humanitaire d'urgence pour ces déplacés.

Ads by Google

Copyright © 2014 Le Phare. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.