Sidwaya (Ouagadougou)

Burkina Faso: Réduction des inégalités liées au genre - Dakupa outille 26 OSC de la province du Boulgou

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet intitulé : « Projet de renforcement des capacités d'action et de plaidoyer de 26 OSC pour la réduction des inégalités liées au sexe dans les 13 communes de la province du Boulgou », l'Association Dakupa a, dans le cadre de ses activités et ce, avec l'appui financier du Fonds commun genre, organisé une série de formations au profit des membres de 26 Organisations de la société civile (OSC) de la province du Boulgou.

La formation de 26 Organisations de la société civile(OSC) pour leur contribution à la réduction des inégalités liées au sexe dans les 13 communes de la province du Boulgou vise entre autres, à contribuer à la promotion des bonnes pratiques des OSC en matière de réduction des inégalités liées au genre, à dupliquer, à valoriser et à capitaliser les bonnes pratiques des OSC en matière de réduction des inégalités de genre dans leur milieu. Il s'est agi aussi au cours de ce conclave de capitaliser les bonnes pratiques de lutte contre les inégalités de genre dans la province et de présenter les bonnes pratiques des OSC, en lien avec la prise en compte de l'approche genre dans leurs actions de développement.

Conduite par l'association Dakupa, le projet « de renforcement des capacités d'action et de plaidoyer de 26 OSC pour la réduction des inégalités liées au sexe dans les 13 communes de la province du Boulgou », est de permettre une appropriation suffisante de l'approche genre et une intégration réelle de ses principes fondamentaux pour réduire fondamentalement les inégalités liées au sexe au niveau de la province et ce, dans les secteurs prioritaires des membres du réseau. Selon les responsables de l'association Dakupa, le projet va permettre de contribuer à améliorer les capacités d'au moins 80% des OSC en techniques d'élaboration et de gestion de projets pour la réduction des inégalités genre dans leur contexte, de faciliter la mise en place d'un réseau genre fonctionnel à l'échelle provinciale entre OSC ciblées et acteurs-clefs locaux, d'ici à la fin du projet dans le but de maintenir un plaidoyer permanent pour accompagner la mise en œuvre de la Politique nationale genre (PNG). Et de réduire d'au moins 10% dans chaque commune, les inégalités dénoncées à travers des approches de communication et de plaidoyer par le réseau, d'ici à la fin du projet.

Dakupa s'engage également à intervenir pour l'émergence et le fonctionnement d'un réseau d'acteurs locaux favorables à la lutte contre les inégalités de genre dans la province du Boulgou. L'enjeu du projet est de permettre la création d'un réseau fonctionnel avec des membres compétents pour influencer les attitudes/pratiques traditionnelles, ainsi que les politiques et stratégies locales de lutte contre les inégalités de genre. Selon toujours les responsables de Dakupa, il est attendu des acteurs de terrain que sont les OSC, qu'ils renforcent leurs capacités techniques d'élaboration de projets genre sensibles au profit des 26 OSC ciblées, d'améliorer la gestion des projets en tenant compte systématiquement du genre, de former 50 acteurs-clefs locaux aux stratégies de prise en compte du genre dans la mise en œuvre des projets et programmes par an, d'organiser des suivis-supervisions pour faciliter l'application effective de l'approche (maîtrise des outils et de l'identification d'actions genre pertinentes) par les OSC au profit de leurs cibles. Mais également, de tenir des rencontres de concertation pour l'élaboration et la validation des textes de base, d'appuyer la réalisation d'un plan stratégique de plaidoyer du réseau et son appropriation par ses membres, tout en permettant aux 26 membres du réseau de capitaliser leurs bonnes pratiques de lutte contre les inégalités genre de leur milieu, et développer des approches programmatiques de sensibilisation et de plaidoyer pour lutter contre les inégalités genre de leur milieu d'ici à la fin du projet.

Des membres d'OSC bénéficiaires du projet apprécient la contribution de Dakupa à la conduite du projet

Léa Zigani Marie, de l'association « Lompar des femmes » de Garango : « Créée en 2006, l'association Lompar a pour objectif entre autres, de lutter contre la pauvreté et les inégalités genre, dans la commune de Garango, la prise en charge des orphelins, des femmes démunies et la transformation des produits locaux. L'association Dakupa intervient dans les inégalités de genre dans notre association. C'est à travers un financement du Fonds commun genre dont a bénéficié Dakupa, que cette dernière intervient dans le financement des activités de lutte contre les inégalités genre. Peuvent être membres de l'association Lompar, toutes les associations ou groupements intervenant dans la lutte contre les inégalités genre installées dans la province du Boulgou et dans les autres localités de la région du Centre-Est, si elles le souhaitent ».

Issaka Guingané, animateur à l'association Bissakoupou de Garango :

« Avec Dakupa, nous avons un partenariat dans le domaine de la promotion du genre. Nous avons bénéficié à cet effet de beaucoup de formations dans l'optique de prendre en compte la question du genre dans l'élaboration de nos projets. Nous avons fait des plaidoyers auprès des différents maires des communes de faire de la question du genre, une priorité dans l'élaboration de leurs Plans communaux de développement (PCD). Pour ce qui concerne la question du genre, il faut se dire que nous avons toujours beaucoup à faire. Fort heureusement que beaucoup de maires, voire des autorités au plus haut, ont déjà pris l'engagement de faire de la promotion du genre une priorité dans l'élaboration de leurs projets et programmes d'investissement et de développement durable ».

Zébango Rebecca, de l'association « Nong-Taaba » de Zoaga :

« Créée en 1995, les objectifs visés par l'association « Nong-Taaba » de Zoaga sont de contribuer à lutter contre la pauvreté, le VIH/SIDA, de soutenir les personnes vulnérables et à aider les personnes affectées notamment les femmes veuves, et les orphelins. Elle regroupe en son sein des hommes et des femmes. Le partenariat avec l'association Dakupa est partie d'une formation à laquelle des membres de notre association ont pris part à Garango. Les ressources financières proviennent essentiellement de la production agricole. Nous avons constitué un groupement et les gens nous font appel pendant les travaux champêtres pour labourer leurs champs. L'association a aussi un champ collectif que ses membres exploitent. L'association bénéficie de l'appui financier et technique de certains partenaires, tels que l'association Dakupa ».

Kaboré Souleymane, superviseur des projets de l'association « Graine de boabab », dans la commune de Bané :

« L'association graine de Boabab est une association suisse, créée en 2004, et son siège est basé en Suisse. Les domaines d'intervention de l'association sont l'agriculture, l'accès à l'eau potable, la santé, dont la construction des CSPS, l'éducation, l'agro-écologie, etc. Depuis 2004, l'association a réalisé plus de 1000 infrastructures relevant des domaines sus-cités. Dakupa intervient dans les domaines du renforcement des capacités des OSC, initiés par Dakupa, dans 13 communes de la province du Boulgou. Nous avons à cet effet bénéficié d'une formation aux bonnes pratiques en matière genre. Avant, quand on nous parle de genre, nous croyons que cela concerne uniquement les femmes. Les formations que nous avons reçues de Dakupa, nous ont été profitables dans le cadre de la mise en œuvre de nos projets, en prenant en compte toutes les personnes ».

Hamado Gouem de l'association « Woka Kuuma » de Boussouma :

« L'association Woka Kuuma ou entraide, a son siège dans la commune de Boussouma. Les domaines d'intervention de l'association « Woka Kuuma » sont entre autres, la lutte contre la pauvreté, les IST et le VIH/SIDA, et dans la transformation. Le partenariat avec Dakupa a permis à nos membres de bénéficier des formations dans le but de renforcer leurs capacités opérationnelles, surtout sur le genre. Les formations de Dakupa nous ont permis de savoir comment travailler à éliminer les inégalités homme/femme. Chaque fois que nous participions à une formation, en retour, nous organisions des sessions de restitution au profit de l'ensemble des autres membres qui n'ont pas eu la chance de prendre part à ces formations ».

Aristide Yoda, secrétaire général de l'association « Kobolem » ou entraide de Komtoèga :

« Les activités prioritaires de Kobolem sont la lutte contre les IST, la violence faite aux femmes, la lutte contre les mariages précoces, la lutte contre l'excision et les MGF, la sensibilisation à la planification familiale, et dans bien d'autres domaines. Le partenariat avec Dakupa a permis d'avoir des approches avec d'autres associations ou regroupements, et qui nous ont aussi permis le renforcement des capacités de nos membres. Ce qui est changé de fondamental à travers ce partenariat avec Dakupa, c'est l'approche. Cette approche nous permet aujourd'hui de nous exprimer mieux dans la prise de la parole pendant nos sessions d'animation ou dans les assemblées générales. Nous avons aussi constaté un changement de comportement tant chez les membres de l'association qu'au niveau de la population. Dakupa a permis aux gens de mieux de connaître ce qu'est le genre, l'inégalité du genre, la maltraitance faite aux femmes, comment résoudre les problèmes liés au genre, etc ».

Amidou Bara, de l'association des jeunes pour le développement de Béguédo (AJDB) :

« L'objectif de la création de l'Association des jeunes pour le développement de Béguédo (AJDB) est de lutter pour les intérêts physiques et moraux des jeunes de la commune de Béguédo, à travers des activités socioéconomiques et culturelles. Le partenariat avec Dakupa est la bienvenue, parce que nous avons constaté qu'il nous manquait dans le domaine du renforcement de nos capacités opérationnelles surtout sur le terrain, dans notre fonctionnement et dans la gestion. Dakupa a beaucoup contribué à améliorer notre système de fonctionnement, de gestion de l'association, mais aussi et surtout, dans l'organisation de nos activités ».

Ads by Google

Copyright © 2014 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.