Le Soleil (Dakar)

4 Mars 2014

Sénégal: Commémoration du décès de 9 talibés - Journalistes et citoyens ont marché contre la maltraitance des enfants

Les membres du Réseau des journalistes et animateurs pour la protection de l'enfant (Rejape) ont marché samedi dernier à travers les artères de la Medina pour commémorer la date du premier anniversaire de la mort par incendie de neuf enfants talibés (disciples). Le Rejape invite l'Etat à appliquer la loi qui interdit la mendicité des enfants à travers les artères du pays.

La marche organisée par des journalistes regroupés dans un réseau a enregistré la participation de citoyens issus de tout bord. Des politiques, des défenseurs de droit de l'enfant, des citoyens épris de justice ont, comme un seul homme, regretté l'incendie macabre qui a ôté la vie à 9 innocents talibés. La marche entamée devant la mairie la Médina, sur la rue Blaise Diagne, s'est terminée à la rue 6x19, lieu du drame. «C'est pour vigoureusement dire plus jamais ça que nous avons pris l'initiative d'appeler l'ensemble des personnes sensibles aux conditions des enfants à une marche », a indiqué Doudou Coulibaly, président du Réseau des journalistes et animateurs pour la protection de l'enfant (Rejape).

Interdire la mendicité des enfants

Le journaliste a saisi cette journée symbolique pour dénoncer ce qu'il appelle « la léthargie des autorités, qui, à l'époque des faits, avaient promis de traiter convenablement le dossier, en prenant notamment les enfants rescapés en charge », rappelle-t-il.

M. Coulibaly se désole par ailleurs que rien n'a, jusqu'à présent, été fait dans ce sens. « Nous en sommes encore au stade de promesses », souligne-t-il. Le Rejape invite l'Etat à appliquer la loi qui interdit la mendicité des enfants à travers les artères du pays. Il appelle aussi à l'accompagnement des Daaras (écoles coraniques) qui s'acquittent de la seule transmission du savoir pour l'amélioration de leurs conditions.

Le maire de la commune d'arrondissement de Médina, Bamba Fall, ayant participé à la marche, lance un appel pour la protection de la couche fragile et vulnérable que constitue celle des enfants. L'élu local annonce sa détermination à accompagner le Rejape à travers un fonds d'aide de 50 millions de FCfa consacrés par des Organisations non gouvernementales (Ong).

Aussi, il a annoncé un fonds spécial qui a été dégagé par la mairie en vue de dispenser des cours de Coran aux enfants qui sont dans les cases des Tout-petits que polarise la Medina.

Pierre Lambert, défenseur des droits de l'homme, en appelle à l'instauration d'une journée contre la maltraitance des enfants. Selon lui, cela pourrait significativement consolider l'initiative d'aider les enfants pour leur éviter les conséquences de la maltraitance.

Début mars 2013, 9 enfants dont sept talibés périssaient et un autre sérieusement brûlé dans l'incendie de leur dortoir en baraquement.

Les victimes faisaient partie de quelque 80 enfants entassés les uns contre les autres. L'Etat avait alors annoncé la fermeture de certains établissements qui ne remplissaient pas les formalités pour dispenser du savoir dans des conditions requises.

Ads by Google

Copyright © 2014 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.