9 Juin 2015

Congo-Kinshasa: Fosse commune de Maluku - HRW demande l'exhumation des corps

Photo: John Bompengo
Des tombes au cimetière de Kintambo le 4/06/2012 dans la commune de Ngaliema à Kinshasa.

L'ONG de droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) demande au gouvernement de la RDC d'exhumer « sans tarder et de manière appropriée » les corps enterrés le 19 mars dernier dans la fosse commune de Maluku, une municipalité urbano-rurale située dans la partie Est de Kinshasa. Dans un communiqué de presse publié lundi 8 juin, cette organisation internationale a estimé que cette fosse pourrait contenir les cadavres des victimes de disparitions forcées ou d'exécutions commises par les forces de sécurité congolaise.

Pour la chercheuse sur l'Afrique à Human Rights Watch, Ida Sawyer, « Deux mois après la découverte de la fosse commune à Maluku, les autorités congolaises n'ont toujours pas fait la lumière sur l'identité des personnes qui y sont enterrées ».

«On pense qu'il y a plusieurs choses qui sont très suspectes liées à cet enterrement à Maluku. On ne trouve pas normal que ces cadavres aient été enterrés la nuit, et selon des témoins, il y aurait des militaires (... )», a affirmé Ida Swayer.

Elle a indiqué qu'une autre chose suspecte est le décès, la nuit de cette inhumation, «dans des conditions floues d'un infirmier, responsable de la morgue de Kinshasa».

«Sa famille pense que sa mort pourrait être liée à cet enterrement de masse à Maluku», a encore déclaré la chercheuse sur l'Afrique à HRW.

D'après elle, certaines familles cherchent les cadavres de leurs proches qui auraient été exécutés par les forces de sécurité ou seraient portés disparus.

«On pense que l'exhumation des cadavres à Maluku avec l'assistance des experts internationaux pourraient aider à donner la lumière sur [les vraies identités] de ceux qui ont été enterrés dans ce cimetière», a précisé Ida Sawyer.

«Il n'appartient pas à HRW de se substituer à nos institutions»

En réaction à cette demande, le porte-parole du Gouvernement congolais condamne « la prétention de HRW à se substituer au magistrat qui est chargé du dossier ». Au cours d'une conférence de presse à Kinshasa, il a estimé que seuls les cours et tribunaux de la RDC peuvent exiger l'exhumation des corps pour des raisons d'enquête.

À en croire Lambert Mende, jusqu'à ce jour, la justice congolaise n'a pas encore enregistré des plaintes des familles réclamant la disparition de leurs membres qui soutiendraient l'hypothèse d'exhumation des corps à Maluku.

« HRW demande aux autorités d'exhumer les corps parce qu'il y aurait 34 plaintes, mais des plaintes déposées auprès de qui ? Le dernier rapport du ministre de la Justice faisant état de deux plaintes de deux familles des personnes qui ont parlé d'événement qui n'ont strictement rien à voir avec ceux qui ont été mises en exergue par des personnes qui ont voulu accusé le gouvernement d'avoir commis des crimes dans le cadre de ces enterrements collectifs », a souligné Lambert Mende.

Selon lui, le Gouvernement attend que le magistrat décide parce que le dossier n'est pas clos.

« Si le magistrat estime que l'exhumation est nécessaire, il le demandera mais il n'appartient pas à HRW de se substituer à nos institutions », a martelé le porte-parole du Gouvernement.

En savoir plus

Fosse commune de Maluku - L'UDPS exige une enquête dans l'immédiat !

La découverte de la fosse commune de Maluku où plus ou moins 400 personnes ont été… Plus »

Copyright © 2015 Radio Okapi. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.