10 Juin 2015

Congo-Kinshasa: Fosse commune de Maluku - HRW exige l'exhumation des corps et leur identification !

Photo: John Bompengo
Des tombes au cimetière de Kintambo le 4/06/2012 dans la commune de Ngaliema à Kinshasa.

L'affaire fosse commune de Maluku n'a pas encore dit son dernier mot. HumanRights Watch (HRW), une ONG de défense et de promotion des droits de l'homme, basée à New-York, voudrait que toute la lumière soit faite sur ce dossier.

HRW exige du gouvernement congolais l'exhumation, sans tarder et de manière appropriée, des corps des personnes enterrées dans la nuit du 19 mars dernier, au cimetière Fula-Fula, dans la commune urbano-rurale de Maluku, située à 80 kilomètres du Centre-ville de Kinshasa.Dans son rapport rendu public, le lundi 8 Juin 2015, HRW exige, également, les identités de cadavres ensevelis. En même temps, elle dénonce la mort, dans les conditions dites suspectes, d'une infirmière responsable de la morgue de Kinshasa et déplore le décès de Claude Kakesse, formé en thanatologie et chargé de la morgue de la Clinique Ngaliema.

HumanRights Watch déclare, en outre, que selon la version de Kinshasa, Claude Kakesse serait mort d'un accident causé par sa conduite en état d'ivresse. Et une bouteille de wisky avait été retrouvée dans sa voiture comme preuve.

Mais, les témoins de l'événement ont affirmé à HRW que des militaires avaient entouré la voiture du défunt et qu'il n'y avait pas de bouteille d'alcool.

«Deux mois après la découverte de la fosse commune, les autorités congolaises n'ont toujours pas fait la lumière sur l'identité des personnes qui y sont enterrées», a indiqué Ida Sawyer, chercheuse Senior à HRW. Ce, avant de soutenir que plusieurs choses suspectes sont liées à cet enterrement de Maluku et elle ne trouve pas normal que ces cadavres aient été enterrés la nuit.

A en croire Ida Sawyer, certaines familles cherchent les cadavres de leurs proches qui auraient été exécutés par les forces de sécurité ou seraient portés disparus.

«On pense que l'exhumation des cadavres à Maluku avec l'assistance des experts internationaux pourraient aider à donner la lumière sur les vraies identités de ceux qui ont été enterrés dans ce cimetière», a-t-elle précisé.

Par ailleurs, HRW invite les autorités congolaises à diligenter une enquête indépendante et impartiale pour déterminer les circonstances réelles de la mort de Claude Kakesse et de poursuivre en justice les auteurs car, pour cette Ong, s'il s'agit d'un assassinat.

Réagissant aux propos de HumanRights Watch, Lambert Mende, Porte-parole du Gouvernement, a balayé d'un revers de la main les intentions malveillantes de HRW, qu'il qualifie de prétention à se substituer au magistrat chargé d'instruire le dossier.

Le ministre de la Communication estime que, seuls, les cours et tribunaux de la RDC peuvent exiger l'exhumation des corps pour raison d'enquête.

«Si le magistrat estime que l'exhumation est nécessaire, il le demandera mais, il n'appartient pas à HRW de se substituer aux institutions ou instances judiciaires de la RDC », a-t-il martelé.

En savoir plus

Fosse commune de Maluku - HRW demande l'exhumation des corps

L'ONG de droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) demande au gouvernement de la RDC d'exhumer « sans tarder et… Plus »

Copyright © 2015 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.