24 Novembre 2015

Afrique: Les réfugiés climatiques de plus en plus nombreux

Désertification, tempêtes violentes, mauvaises récoltes : le dérèglement climatique force de plus en plus de personnes à quitter leur maison, voire leur pays.

C'est le cas par exemple pour des réfugiés du camp de Kakuma dans le nord du Kenya. Ils fuient autant les conflits que la faim.

Dans le nord du Kenya, le camp de Kakuma accueille toujours plus de réfugiés. Ils sont près de 185.000. C'est 60.000 personnes de plus que la capacité d'accueil du camp. Un nouvel aménagement des bâtiments est même prévu.

Ces réfugiés sont venus chercher sécurité et nourriture. Car ces dernières années, les conditions climatiques n'ont cessé de se dégrader.

Avant, il était par exemple possible de prévoir l'arrivée des pluies. Mais aujourd'hui, l'agriculture est devenue bien trop instable. C'est ce que raconte Apolonia Iringo Ominong, récemment arrivée du Soudan du Sud :

"J'ai semé, mais la pluie n'est pas tombée. Tout a séché. Et puis mon mari est mort. Je n'avais plus personne pour m'aider. C'est pour ça que je suis venue ici, avec mes enfants, pour qu'ils aient à manger et qu'ils grandissent en bonne santé."

La famine n'est souvent pas la seule raison qui pousse ces hommes et femmes à fuir. C'est ce que constate Duke Mwancha, du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

"Nous ne refusons pas ces personnes. La plupart du temps, elles ont de toute façon une multitude de problèmes en arrivant. Car la faim et la sécheresse génèrent aussi souvent des conflits. "

Les réfugiés climatiques n'ont aujourd'hui aucune reconnaissance juridique au niveau international. Car la Convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés ne prend pas en considération les facteurs environnementaux.

Achim Steiner, Chef du Programme des Nations unie pour l'environnement, l'UNEP, craint une évolution dramatique de la situation dans les prochaines années.

"Au vu du changement climatique, et des prévisions du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, le GIEC, nous avons conclu qu'il y aura à l'avenir bien plus de réfugiés climatiques et que le monde n'y est pas préparé."

Les réfugiés climatiques seront l'un des thèmes évoqués pendant la COP21, qui commence le 30 novembre à Paris.

Afrique

Lutte contre l'obésité pour réduire les maladies cardio-vasculaires, le diabète, les cancers, etc.

La Conférence mondiale de l'OMS sur les maladies non transmissibles débute ses travaux ce mercredi 18… Plus »

Copyright © 2015 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.