29 Novembre 2015

Guinée: Présidentielle - Mouvements de soutien et classe politique, qui manipule qui ?

analyse

"Ils poussent comme des champignons à l'approche du scrutin du 11 octobre 2015" : En République de Guinée, à l'instar des scrutins de 2010 et de 2013, la présidentielle de 2015 a été ponctuée par l'émergence dans les différents quartiers de Conakry et dans les préfectures du pays des mouvements de soutien aux candidats.

Les plus connus sont le "Mouvement un coup KO" favorable à la réélection du Président Alpha Conde dès le premier tour, "Cellou Dalein 2015", structure qui travaille pour l'élection du Président de l'Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), le "Mouvement Sidya Touré la solution" et le "Mouvement Tout Sauf Alpha" crée par des responsables de l'opposition. En Moyenne Guinee, fief de Cellou Dalein Diallo, le "Mouvement Diokken Alpha (suivons Alpha)" bat campagne pour la réélection du Président sortant.

Ces mouvements, souvent composés de cadres des partis politiques, de fonctionnaires à la recherche de postes politiques, d'entrepreneurs à la quête de gros marchés, de jeunes désœuvrés, scolarisés et non scolarisés, utilisent des stratégies variées pour atteindre leurs objectifs. Les cadres se consacrent aux débats télévisés, aux conférences dans les universités, à la campagne de porte à porte, aux conférences de presse et militent au sein des partis politiques. Les jeunes désœuvrés, qui ne sont pas nécessairement membres de partis politiques, font la campagne sur les places publiques, à bord des véhicules et sont très actifs pendant les différentes phases du processus électoral à savoir durant la phase de la pré-campagne, de la campagne et même durant la phase post-électorale. Pourtant, Ils ne sont pas forcément des militants des partis politiques. Toutefois, les élections leur offrent l'opportunité de se faire de l'argent dans la mesure où une grande partie de la classe politique fait recourt à leurs services.

Les capacités de mobilisation des populations par ces mouvements lors des meetings et tournées de campagne font croire à certains candidats qu'ils sont très populaires et que les populations adhèrent à leurs projets de société. Quand ils perdent les élections, ils disent pourtant qu'ils ont été accueillis par des centaines de milliers de personnes pendant les tournées de campagnes sans se rendre compte que souvent ce sont les mêmes personnes que ces mouvements de soutien mobilisent pour les meetings des candidats contre des espèces sonnantes et trébuchantes.

Aussi bien à Conakry qu'à l'intérieur du pays, ces mouvements de soutien érigent des stands de fortune aux endroits stratégiques avec l'appui de cadres des partis politiques. Ces stands sont reconnus par le bruit de la musique faisant les éloges de leur candidat, les photos/affiches, les pancartes et les banderoles déployés. Aujourd'hui, leur influence est devenue de plus en plus grandissante dans la stratégie de mobilisation électorale des partis politiques et des candidats. Si, d'une part le service des mouvements de soutien participe à la création d'un "emploi à court terme" pour ces jeunes, d'autre part, ils contribuent à envenimer des tensions dans le pays, par exemple à travers les émissions interactives.

"Ils sont souvent sans attachements/affiliations politiques" : En Guinée, le chômage étant endémique, la création des mouvements de soutien est devenue un terrain de prédilection pour de nombreux jeunes pour gagner leur pain quotidien. En effet, un animateur pourrait gagner entre 25,000 [soit 3 dollars] et 50,000 francs guinéens [6 dollars] par jour. Échapper à l'anxiété, dégager le souci et avoir de quoi se nourrir, tels sont entre autres les buts de ces animateurs. Certains aussi montent des projets sociaux, par exemple la saponification, dans le but de bénéficier de subventions. Paradoxalement, ils profitent de tous les partis politiques. On peut voir un jeune initier et animer des activités de soutien pour deux formations politiques rivales et détenir des T-shirts et des cartes de membres de plusieurs formations politiques. L'essentiel pour eux, c'est avoir de l'argent sachant bien qu'après les élections ils ne comptent plus pour les politiques. Ils ne sont pas intéressés par les programmes des partis politiques et ne croient pas aux promesses électorales des candidats.

"Ils servent d'échelle dans la guerre de positionnement entre cadres politiques" : Lors des meetings et autres manifestations politiques, ces mouvements sont instrumentalisés par des fonctionnaires ou des cadres des partis politiques (qui les financent) dans le but de montrer leur capacité de mobilisation et ainsi attirer l'attention du chef. En Guinée, on dit souvent que pour avoir un poste de responsabilité, il suffit de mobiliser les jeunes pour le président de la République ou pour un parti politique. Ainsi, sur les banderoles, on voit souvent des effigies de ministres, de directeurs, de cadres des partis placées à côté de la photo du Président suivi du slogan de campagne tel que "Le progrès en Marche". "Le poids d'un cadre se mesure par la multitude des mouvements qui sont derrière lui", explique un observateur de la scène politique guinéenne. Au sein d'un même camp politique, des rivalités entre des personnalités politiques peuvent occasionner des affrontements entre mouvements de soutien. Ces rivalités, qui dégénèrent parfois en violences meurtrières, sont entretenues par des cadres qui se disputent les positionnements politiques dans l'appareil de l'Etat ou les opportunités d'affaires.

"Ils sont généralement les instruments et acteurs de violence électorale" : Ces dernières années, le pays a connu à plusieurs reprises des violences électorales qui ont fait des morts, des blessés et des dégâts matériels importants. Installés dans des hangars embellis par les effigies de leur leader, ces jeunes ne résistent pas aux manipulations politiques. Entre le régime en place qui cherche à se maintenir et une opposition déterminée à conquérir le pouvoir, ces mouvements contribuent à la tension, la haine et la violence. Le plus souvent, ces mouvements de soutien attisent des violences dans des bastions réputés acquis à leur parti politique ou à leur candidat. Installés dans des fiefs des partis politiques, ces lieux sont souvent théâtres d'affrontements entre des militants rivaux. C'est le cas de l'axe Hamdallaye-Kagbelen (communément appelé l'axe de la démocratie par l'opposition et l'axe du mal par la mouvance) favorable à l'UFDG, et la Casse de Boussoura acquise à la mouvance présidentielle. Ces mouvements contribuent à exacerber les tensions politiques et les clivages ethniques par des propos incendiaires dans les milieux publics, à travers les émissions interactives et les réseaux sociaux. Ils sont généralement hostiles au passage des cortèges et aux marches des candidats des partis adverses dans leurs fiefs. Ces situations conduisent souvent à des affrontements violents entre militants rivaux qui occasionnent des dégâts matériels énormes et des pertes en vies humaines.

Par exemple, selon l'ONG le Groupe organisé des hommes d'affaires (GOHA), les violences politiques ont occasionné des pertes de biens estimées à environ 6,232,000.00 USD entre 2012 et 2013. L'évaluation des pertes pour 2015 est en cours de finalisation par le GOHA.

"Ils coutent pourtant chers aux cadres politiques" : Selon plusieurs jeunes initiateurs, pour organiser un seul mouvement de soutien, il faut mobiliser au moins 50 millions de francs guinéens (6000USD). Soutenir un mouvement veut dire financer toutes ses activités du début à la fin. Les T-shirts, les bracelets, les équipements de sonorisation, les casquettes, les banderoles, les hangars, les voitures, ... La classe politique dans son ensemble, mouvance et opposition confondues, dégage des montants colossaux pour entretenir ces mouvements de soutien. Il y a souvent des allégations de détournements des fonds destinés aux mouvements de soutien par des cadres des partis politiques, des responsables des mouvements et autres intermédiaires. C'est dire que chacun a sa part du gâteau dans la vie de ces structures. En l'absence d'une institution officiellement chargée de surveiller les dépenses de campagne, il est difficile de comptabiliser et de contrôler le financement de ces mouvements de soutien et des activités politiques lors des élections.

"Pourtant le code électoral Guinéen interdit tout soutien aux candidats et aux partis politiques par les associations ou organisations non gouvernementales" : Le code électoral Guinéen dans son article 54 interdit tout soutien aux candidats et aux partis politiques par les associations ou organisations non gouvernementales. Malgré cette interdiction, les mouvements de soutien se multiplient en période électorale à travers la Guinée sans aucune mesure disciplinaire. Les partis politiques de tous bords, mouvance et opposition, utilisent les services de ces associations en violation des dispositions du code électoral. Ce qui veut dire que quand la situation les arrange, les acteurs politiques ferment les yeux sur les violations des lois électorales.

Guinée

Les bacheliers guinéens de 2017 n'iront pas dans les universités privées

Ce lundi, c'est la rentrée pour les étudiants guinéens. Les 23 000 bacheliers de 2017 prendront le… Plus »

Copyright © 2015 Open Society Initiative for West Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.