1 Décembre 2015

Afrique: Helen Clark - Déclaration à l'occasion de la Journée mondiale de la lutte contre le SIDA

Le sida demeure un problème majeur de santé et de développement dans le monde. Depuis qu'il est apparu comme l'une des maladies les plus brutales et les plus invalidantes de l'histoire, il a déjà coûté la vie à plus de 34 millions de personnes.

Aujourd'hui, 36,9 millions de personnes vivent avec le VIH, et il y a eu 1,2 million de morts dues à des maladies liées au sida et deux millions de nouvelles infections au VIH uniquement en 2014. Les ravages causés par les maladies liées au sida sont très concrets, notamment en Afrique subsaharienne où survient la majorité des nouvelles infections.

Les Objectifs de développement durable (ODD) qui viennent d'être adoptés nous engagent à accélérer les progrès en vue de mettre fin à l'épidémie de sida à l'horizon 2030. Si nous voulons atteindre cet objectif ambitieux, il faudra étendre et améliorer sensiblement l'accès au traitement du VIH, réduire le nombre de nouvelles infections au VIH et éliminer la discrimination liée au VIH.

En même temps, les ODD sont aussi l'occasion de prévenir les infections au VIH et de faire face aux problèmes de santé et de développement de façon plus inclusive et intégrée en ne laissant personne sur la route. Si nous voulons mettre fin au sida en tant que risque de santé publique, il faudra réduire les inégalités et l'exclusion, autonomiser les femmes et les filles et créer des sociétés plus pacifiques et ouvertes à tous.

En cette Journée mondiale de la lutte contre le sida, nous avons de bonnes raisons de nous sentir encouragés. Le monde a fait des progrès considérables - les nouvelles infections au VIH ont diminué de 35 % depuis 2000 et les décès liés au sida ont chuté de 42 % depuis le pic de 2004. Aujourd'hui, 15,8 millions de personnes ont accès à des traitements antiviraux vitaux, dont 2,2 millions bénéficient d'une aide apportée par le partenariat PNUD-Fonds mondial.

Il n'en reste pas moins que de nombreuses difficultés subsistent. Il faut retrouver le sentiment d'urgence et d'engagement qui prévalait lorsque les premiers efforts de lutte contre le sida ont été entrepris. Le sida est une maladie de l'inégalité et des communautés socialement marginalisées, comme les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, les travailleurs du sexe, les usagers de drogues injectables et les personnes transgenre, et ces groupes sont touchés de manière disproportionnée par rapport au reste de la population. Il est essentiel de lutter contre la discrimination et d'abroger les lois répressives pour permettre un accès universel à des services sociaux et de santé.

En cette Journée mondiale de la lutte contre le sida, le monde est à la croisée des chemins. Avec la fin du sida qui est à notre portée, nous avons une fenêtre d'opportunité devant nous. Nous devons accélérer le rythme sur ces derniers kilomètres qu'il nous reste à parcourir pour parvenir à notre objectif de mettre fin au sida.

Si nous maintenons le statu quo, le VIH continuera de se propager à un rythme plus rapide que les mesures de lutte, et l'objectif de mettre fin au sida en tant que risque de santé publique à l'horizon 2030 ne sera pas atteint. Mais si la lutte contre le sida reste une des principales priorités, et si les mesures et les politiques destinées à prévenir les infections au VIH sont abordées de façon globale et non discriminatoire et les groupes marginalisés sont placés au premier plan de nos efforts, nous pouvons atteindre notre objectif.

Il y aurait alors une réelle victoire à célébrer.

Afrique

Scandale après la nomination de Mugabe par l'OMS

La polémique enfle après la nomination par l'OMS, le 18 octobre, du président zimbabwéen… Plus »

Copyright © 2015 United Nations Development Programme. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.