2 Décembre 2015

Burundi: Crise burundaise - La thérapie de Ban Ki-moon

Le secrétaire général de l'ONU préconise l'envoi des casques bleus et d'une mission politique pour renouer le dialogue entre pouvoir et opposition.Près de dix mois après l'éclatement de la crise au Burundi et devant le climat de tension permanent marqué par un nombre important de morts et des milliers de déplacés, Ban Ki-moon est sorti de sa réserve. Dans une correspondance adressée lundi dernier au Conseil de sécurité, le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU) juge préoccupante la situation en cours dans ce pays des Grands lacs. Il trouve que celui-ci, à peine sorti d'une longue guerre civile, se trouve «au bord d'un autre conflit armé qui aurait des effets désastreux sur une région déjà fragile». Il recommande, à cet effet, un déploiement des casques bleus dans le cadre d'une opération de maintien de la paix et souhaite une révision du mandat de la présence onusienne au Burundi, en fonction de l'évolution de la crise.

Dans sa lettre, le numéro 1 de l'ONU préconise l'envoi à Bujumbura de ce qu'il appelle «une mission politique spéciale en bonne et due forme» pour renouer les fils du dialogue entre le pouvoir et l'opposition. D'après M. Ban Ki-moon, celle-ci devra «travailler avec le gouvernement burundais et les autres protagonistes pour soutenir un processus de dialogue politique crédible» et conseiller les autorités en matière de sécurité et de droits de l'homme. D'autant plus qu'un déploiement de casques au Burundi nécessite au préalable le feu vert de Bujumbura ou tout simplement l'adoption d'une résolution contraignante du Conseil de sécurité. Celle qu'elle maintenait jusque-là dans le pays a vidé les lieux en décembre 2014 à la demande insistante et pressante du gouvernement en place. Les observateurs de l'ONU chargés d'aller surveiller les dernières élections générales devront lever le camp en fin décembre courant.

Face à la presse lundi dernier, Jamal Benomar, l'émissaire onusien pour le Burundi, a souligné qu'une équipe constituée d'ambassadeurs de l'ONU des pays-membres du Conseil de sécurité s'est réunie à huis clos lundi et envisageait de se rendre «bientôt» à Bujumbura. Matthew Rycroft, l'ambassadeur britannique, a fait savoir que le collectif des ambassadeurs du Conseil de sécurité était «d'ores et déjà d'accord» pour qu'une mission politique qui est «un minimum» soit dépêchée sur place au Burundi. Avant de préciser que le Conseil de sécurité verra dans les jours et les semaines qui viennent, s'il faut aller plus loin.

Burundi

Le Burundi sanctionné par le Fonds mondial contre le SIDA

Le Burundi vient de perdre la gestion de l'argent attribué par le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la… Plus »

Copyright © 2015 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.