3 Décembre 2015

Cote d'Ivoire: Fiche d'information sur la coopération européenne au développement en Côte d'Ivoire

communiqué de presse

Bruxelles — L'engagement de l'Union européenne auprès de la Côte d'Ivoire a été constant malgré les périodes de crise et les changements de gouvernement. L'objectif de l'UE est de soutenir la stabilité en Côte d'Ivoire et faciliter l'émergence du pays comme pôle régional de développement économique.

L'engagement de l'Union européenne auprès de la Côte d'Ivoire a été constant malgré les périodes de crise et les changements de gouvernement.L'objectif de l'Union européenne est de soutenir la stabilité en Côte d'Ivoire et faciliter l'émergence du pays comme pôle régional de développement économique.

Entre 2008 and 2020, l'UE a engagé 964 millions d'euros en Côte d'Ivoire, grâce à différents instruments dont le 10ème et le 11ème Fonds européen du Développement (FED), les lignes thématiques en appui à la société civile, les mesures d'accompagnement pour la relance des filières bananes et sucre, l'Instrument contribuant à la stabilité et à la paix, l'aide humanitaire.

La Côte d'Ivoire a en effet vu augmenter l'intervention de l'UE en volume, en passant de 254.7 à 444.4 millions d'euros sous le 10ème Fond européen de développement, y compris une contribution post-crise exceptionnelle. L'aide européenne s'est aussi diversifiée en termes d'instruments financiers accompagnant l'urgence et la sortie de crise politique du pays en 2011.

S'inscrivant dans le cadre de la stratégie de développement du gouvernement ivoirien tel que déclinée dans le Plan National de Développement (PND), l'intervention de l'UE dans le cadre du 11ième FED se monte à 273 millions d'euros et se concentrera sur trois secteurs principaux :

1- Renforcement de l'Etat et la consolidation de la paix, avec 60 millions d'euros, en soutenant le gouvernement dans ses efforts pour conforter la cohésion sociale, la bonne gouvernance et l'efficacité de l'Etat, en visant aussi l'amélioration des indicateurs sociaux notamment en matière d'emploi des jeunes.

2- Agriculture et sécurité alimentaire, avec60 millions d'euros. L'intervention de l'UE contribue à l'amélioration de la gouvernance via la sécurisation du foncier rural et la promotion des productions vivrières périurbaines durables et résilientes aux changements climatiques.

3- Energie, avec 139 millions d'euros. L'intervention de l'UE vise à contribuer de manière durable à la sécurité énergétique en vue de fournir de l'énergie de qualité à moindre coût. L'efficacité énergétique et la production d'énergies renouvelables devraient permettre d'améliorer l'accès à l'électricité de toutes les couches de la population.

L'enveloppe comprend aussi une aide européenne pour renforcer les capacités de la société civile et appuyer l'administration pour la mise en œuvre de la coopération.

La Côte d'Ivoire bénéficiera également du Programme Indicatif Régional (PIR) au titre du 11ème Fond européen de développement. Le pays étant le poumon économique de la sous-région, le PIR appuiera entre autres la promotion du commerce régional et des infrastructures.

Au-delà des programmes indicatifs du FED, plusieurs lignes budgétaires continueront à soutenir des interventions en Côte d'Ivoire, tant en appui aux acteurs non étatiques et aux autorités locales, qu'aux droits de l'homme. Les programmes en soutien aux filières de production bananes et sucre se poursuivent.

La coopération de l'Union Européenne avec la Côte d'Ivoire a été couronnée de succès.

Le Programme d'appui budgétaire à la consolidation des services de l'Etat, avec 127 millions d'euros déboursés sous forme d'appui budgétaire de 2012 à 2014, accompagné d' appuis complémentaires dans le domaine de la justice, la police et l'appui au processus de Démobilisation et Réhabilitation, a permis la reprise des audiences civiles et pénales dans 36 tribunaux, la reprise des cours d'assises, la mise aux normes des commissariats, districts et préfectures de police sur tout le territoire, et la réinsertion de 69000 ex-combattant dont 8000 dans des programmes soutenus par l'UE.

Dans le secteur routier, plus de 200 km de routes non revêtues ont été réhabilités en 2012 et 2013 dans les zones cotonnières du pays, 54 ouvrages hydrauliques et ponts ont été construits en milieu rural à travers tout le pays, contribuant ainsi au désenclavement des populations.

De plus, le projet de préservation du réseau routier en Côte d'Ivoire, doté de 70 millions d'euros, a permis la réhabilitation (en cours) de 87.5 km de l'axe Adzopé / Abengourou / Agnibilékro, deuxième corridor pour rejoindre le Burkina Faso, générant ainsi un trafic moyen sur cet axe de l'ordre de 1000 véhicules par jour (hors 2 roues) et il devrait se développer après sa réhabilitation. Enfin, un système de gestion de l'entretien routier du réseau a été mis en place pour 15 500 km.

Dans le domaine énergétique, l'aide européenne a permis l'électrification des quartiers périurbains de la ville d'Abidjan avec prolongement du réseau existant pour 10.000 ménages, la fourniture des équipements électriques et les travaux d'électrification de 16 localités rurales en Côte d'Ivoire, le renforcement et extension du réseau électrique de distribution dans 107 localités en milieu rural, et l'électrification des communautés rurales avec des micro-réseaux d'énergie solaire dans 7 communautés de la Région de Zanzan.

Dans le domaine de l'eau et de l'assainissement, l'UE a financé entre 2003 et 2012 la réhabilitation et la construction de nouvelles infrastructures en milieu rural et urbain pour près de plus de 80 millions d'euros ayant permis à environ quatre millions de personnes d'avoir accès à l'eau potable et à l'assainissement.

L'UE a initié en 2013 le Programme d'Hydraulique et d'Assainissement pour le Millénaire (PHAM). Financé sur le 10ème FED par un don d'environ 25 millions d'euros, le programme vise à accroitre l'accès à l'eau potable, l'assainissement et à l'hygiène en milieu rural pour plus d'un million de personnes par la réalisation de systèmes d'hydraulique villageoise améliorée dans 100 villages (environ 400.000 personnes bénéficiaires). Six cent villages cibles ont vu l'arrêt de la défécation à l'air libre, et 31.000 ménages ont bénéficié de la construction de latrines.

L'UE a également soutenu la production agricole et sa rentabilité avec d'une parte un programme d'appui à la filière coton, qui a significativement contribué à la hausse du rendement en coton graine de 760 kg/ha à 1 100 Kg/ha et à la hausse de la production de coton graine de 120 000 tonnes à 405 000 tonnes en 4 ans. D'autre part le programme d'appuià la filière banane, entre 2000 et 2014, a permis à la production exportée d'augmenter de 18%, atteignant 260.000 tonnes en 2014, et faisant de la Côte d'Ivoire le premier exportateur africain. Le chiffre d'affaire annuel du secteur est de l'ordre de 85 milliards de francs CFA.

La surface exploitée a évolué de 5.000 à 6.500 hectares, employant directement 9.400 personnes. L'UE subventionne actuellement la création de 800 nouveaux hectares qui impliqueront la création de 1.100 nouveaux emplois. 85% des logements des travailleurs ont été réhabilités et modernisés, avec accès à l'eau potable, douches, latrines et cuisines.

SOURCE Conseil de l'Union européenne

Cote d'Ivoire

CAN Maracana 2017 - Le Togo éliminé en demi-finale par la Côte d'Ivoire

Le Togo est éliminé ce samedi lors des demi-finales de la Coupe d'Afrique des Nations de Maracana qui se… Plus »

Copyright © 2015 PR Newswire. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.