5 Janvier 2016

Nigeria: 2016 commence sous la menace persistante de Boko Haram

opinion

Au Nigeria, l'année 2016 a commencé sous la menace persistante d'attaques de Boko Haram malgré les assurances du président Muhammadu Buhari, qui a affirmé que le pays a "techniquement" vaincu les insurgés islamistes.

Elu début 2015, M. Buhari (73 ans) promettait dans son programme d'écraser l'insurrection de Boko Haram, lancée en 2009 dans le nord-est du Nigeria pour imposer un Etat islamique, et qui a fait plus de 17 000 victimes. Contrairement à son prédécesseur Goodluck Jonathan, le président Buhari a réussi à reprendre des territoires à Boko Haram. Le pays a également vu une diminution du nombre de raids meurtriers qui ont décimé des villes et des villages. Mais en dépit des assurances officielles, plusieurs grandes villes du nord-est du Nigeria - particulièrement touché - restent sous l'emprise de la violence et de la peur.

Nigeria

La Fondation Tony Elumelu organise la plus grande rencontre des entrepreneurs africains

Le Forum a accueilli plus de 1 300 participants de 54 pays africains. Le rassemblement le plus diversifié et le… Plus »

Copyright © 2016 Fahamu. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.