27 Janvier 2016

Afrique: Assurer la sécurité alimentaire pour tous

Rome, Italie — Venant d'un pays en développement où, dans notre génération, nous avons connu les effets dévastateurs de l'insécurité alimentaire et la complexité de ses causes profondes, je prends à cœur l'objectif d'assurer qu'au cours de mon mandat, le CSA fera une 'vraie' différence dans la vie des gens.

L'atteinte des résultats est quelque chose que nous devons à chaque personne sous-alimentée qui, aujourd'hui, en 2016, se couche le ventre vide. Il y a encore un nombre inacceptable de 793 millions de personnes dans cette condition dans le monde entier! Assurer la sécurité alimentaire pour tous est aussi quelque chose que nous devons à nos enfants.

Aujourd'hui, dans notre monde interconnecté du 21ème siècle, la persistance de la faim et de la malnutrition est à la fois inacceptable et complexe à aborder.

Les causes profondes sont nombreuses, elles sont liées entre elles, et ne seront abordées avec succès si tous les acteurs impliqués, les gouvernements, la société civile, le secteur privé, les organisations des nations Unies et la communauté du développement international en général, y compris les organisations de recherche, se réunissent et s'accordent sur la politique et les actions qui sont nécessaires.

C'est pourquoi le CSA, en tant que plateforme la plus inclusive pour que tous les acteurs travaillent ensemble sur les politiques mondiales en matière de sécurité alimentaire et de nutrition, a été appelé à jouer un rôle majeur dans deux domaines cruciaux: la mise en œuvre de l'Agenda 2030 pour le développement durable, ainsi que les recommandations de la deuxième Conférence internationale sur la nutrition.

L'examen et le suivi de la mise en œuvre de l'Agenda 2030, et particulièrement de son deuxième objectif, "Mettre un terme à la faim, atteindre la sécurité alimentaire et l'amélioration de la nutrition et promouvoir l'agriculture durable", ainsi que des mesures pour éradiquer la malnutrition sous toutes ses formes, nécessiteront des plateformes capables d'assurer l'inclusivité, des interfaces science-politique efficaces, et une approche qui rompt lève les obstacles.

Grâce à des rapports de qualité de son Groupe d'experts de haut niveau, et à la participation des différents acteurs autour de la table, le CSA négocie des instruments de politique qui sont basés sur des faits et des preuves, et jouissent d'une grande légitimité et d'une appropriation.

Nous ne pouvons plus prétendre que nous manquons de compréhension ou de connaissance des conséquences de nos actions, et aujourd'hui, nous devons tous être tenus responsables de nos actions et de nos choix.

La responsabilité est une autre priorité que je me suis fixée pour le CSA dans le prochain exercice biennal. La réalité change rapidement, et le CSA doit être prêt à évoluer pour rester inclusif, transparent, efficace et fiable.

Le CSA doit poursuivre son auto-questionnement constructif, et voir si ses procédures sont efficaces, qu'il est plus inclusif comme il se doit, si les rapports scientifiques appuient les négociations politiques autant qu'ils le pouvaient, et ainsi de suite.

Cette année, nous envisageons de mener une évaluation indépendante du CSA, et nous attendons impatiemment les résultats, afin de continuer à évoluer et à nous améliorer.

Ces nouvelles priorités représentent un tournant majeur pour le CSA, et impliqueront sans doute des défis, ainsi que des opportunités pour prouver qu'un modèle participatif inclusif comme le CSA constitue l'avenir pour un développement durable. J'attends avec impatience cet exercice biennal, et de parvenir à un impact durable ensemble avec tous les acteurs du CSA!

Voici quelques extraits d'une interview exclusive accordée à IPS par l'ambassadrice Gornass.

IPS: S'il vous plaît, décrivez certains des défis les plus difficiles auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui en essayant d'atteindre Faim Zéro.

Amb. Gornass: Notre planète, quoique grande et abondante, a des limites physiques, et des ressources naturelles limitées, qui dans le monde peuplée et globalisé d'aujourd'hui, se font rares. Cela conduit à une concurrence dans la demande, entre autres, pour les terres, l'eau, les éléments nutritifs.

Les sols sont épuisés. Cela a un impact sur la productivité agricole, et affecte davantage notre environnement. Les changements climatiques sont probablement les plus inquiétants de ces changements qui nous toucheront tous, sans exception.

Les facteurs politiques et de gouvernance entrent aussi en jeu; dans le monde entier, des crises prolongées se multiplient. Ces conflits affectent la production alimentaire, depuis la plantation à la transformation, la distribution et le consommateur final en passant la récolte.

La coordination et la cohérence des politiques est un enjeu majeur pour la sécurité alimentaire et la nutrition à travers le monde.

Par exemple, différents ministères au sein d'un gouvernement peuvent ne pas partager les mêmes points de vue ou peuvent avoir des approches différentes parfois concurrentes par rapport à un sujet, ce qui rend difficile la mise en œuvre des politiques telles que celles qui ciblent l'insécurité alimentaire, ou peuvent même mettre en péril leur impact.

Les pays d'une même région devraient également améliorer la coordination de leurs politiques. Une meilleure communication est une chose que nous devons atteindre.

En termes généraux, il doit y avoir une reconnaissance par tous les acteurs de leur responsabilité partagée: chaque acteur a un intérêt, et des responsabilités, dans la réalisation de la sécurité alimentaire et l'amélioration de la nutrition dans le monde.

IPS: Dans quels domaines avons-nous réussi jusque-là et au'est-ce qui pourrait mieux fonctionner? Les ODD2 constituent-ils un objectif ambitieux ou pouvons-nous les atteindre vraiment d'ici à 2030?

Amb. Gornass: Il y a des exemples de grandes avancées dans la lutte contre la faim. Globalement, les chiffres baissent et dans l'ensemble, des régions ont fait de bons progrès, certaines régions ayant atteint les deux objectifs internationaux pour 2015 en matière de la lutte contre la faim. Cependant, d'autres ont en fait reculé en raison de nouveaux facteurs tels que les crises politiques.

Les ODD2 peuvent être certainement atteints d'ici à 2030. Nous savons déjà comment produire assez pour nourrir la planète.

Il est maintenant question de comprendre comment les systèmes alimentaires peuvent mieux fonctionner afin que nous ne perdions ou gaspillions plus d'aliments, qu'ils soient plus équitablement répartis, soient disponibles à un prix raisonnable qui permet aux producteurs d'aliments d'améliorer leurs moyens de subsistance et encourage les vocations, et qui soient à la fois nutritifs et adéquats.

En conséquence les populations seront mieux loties et les pays seront en mesure de se développer. L'augmentation de la production des petits fermiers est essentielle pour atteindre cela. Ce sont ces gens qui feront la différence dans la nutrition et la qualité des aliments, en général.

Afrique

Lutte contre l'obésité pour réduire les maladies cardio-vasculaires, le diabète, les cancers, etc.

La Conférence mondiale de l'OMS sur les maladies non transmissibles débute ses travaux ce mercredi 18… Plus »

Copyright © 2016 Inter Press Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.