4 Février 2016

Afrique: Organisations africaines vont engager des parties prenantes sur les questions des droits d'internet

Photo: AFEX
Fondation pour les Médias en Afrique de l’Ouest

Vingt-trois (23) individus représentant 19 organisations de la liberté d'expression les plus importantes en Afrique, ont été dotées des connaissances, des compétences et des stratégies nécessaires pour engager des parties prenantes à travers le continent sur les questions des droits numériques.

L'exercice de renforcement des compétences a eu lieu lors d'un Atelier des deux jours sur les questions des droits numériques organisée à Accra, au Ghana, sous le thème Responsabiliser les Organisations de la Liberté d'Expression en Afrique pour le plaidoyer efficace en faveur des Droits Numériques.

Les participants, qui proviennent des 15 pays d'Afrique, ont été introduits aux questions des droits numériques auxquelles sont confrontées actuellement le continent et la meilleure façon d'engager les différents acteurs dans leurs pays respectifs pour répondre à ces problèmes.

S'appuyant sur la Déclaration Africaine des Droits et Libertés de l'Internet comme un point de référence, l'atelier a présenté aux participants les principes et les stratégies appropriées et nécessaires pour s'adresser aux problèmes identifiés des droits numériques. Il a également porté sur la façon d'utiliser la Déclaration pour engager les intervenants dans l'écosystème internet pour assurer que les droits dont jouissent les individus hors ligne sont également protéger en ligne dans toutes les régions du continent.

Dans le cadre de la formation, les participants ont été guidés de développer des stratégies à court et à moyen terme pour le plaidoyer autours des différentes questions relatives aux droits numériques guidées par les principes de la Déclaration Africaine. Ils ont également développé des stratégies de plaidoyer pour l'adoption de la Déclaration dans leurs pays respectifs.

La Déclaration Africaine des Droits et Libertés de l'Internet est une initiative panafricaine mené par les organisations de la société civile en Afrique qui vise à créer un environnement positif pour les droits d'internet qui répond mieux aux besoins de développement social et économique en Afrique.

L'Atelier de formation sur le plaidoyer des droits numériques a été organisé par African Freedom of Expression Exchange (AFEX) avec le soutien d'International Freedom of Expression Exchange (IFEX). Avec le soutien supplémentaire de Global Partners au Royaume-Uni, d'autres organisations de la liberté d'expression en Afrique ont également bénéficié de la formation.

AFEX est un réseau continental des organisations de la liberté d'expression à travers l'Afrique de l'Est, de l'Ouest, de l'Australe et Central qui sont aussi membres de l'IFEX. La Fondation pour les medias en Afrique de l'Ouest (MFWA), basée à Accra, Ghana, est le secrétariat du réseau.

Afrique

Importations alimentaires - L'Afrique atteindra 110 milliards $ d'ici à 2030 sans une alternative crédible

Un cauchemar pour la Banque africaine de développement (BAD) qui ne jure plus que sur la nécessité… Plus »

Copyright © 2016 International Freedom of Expression Exchange Clearing House. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.