5 Février 2016

Seychelles: Le braconnage nuit à la survie des cocos-de-mer aux Seychelles

Praslin Seychelles — - Le braconnage continue d'être un obstacle à la croissance et au repeuplement de cette rare noix appelée coco-de-mer qui est un joyau de la nation insulaire des Seychelles, a déclaré un responsable des autorités du parc.

Une étude de deux ans qui a été réalisée sur l'île Curieuse a confirmé que le braconnage nuit à la population des cocos-de-mer, qui est la plus grosse noix au royaume des plantes. Le Coco-de-mer est déjà considérée comme une espèce menacée par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

L'enquête qui est menée depuis 2014 a révélé que sur plus de 6500 arbres, on a seulement trouvé 272 noix sur l'île, a déclaré à la SNA, Allen Cedras, un responsable de l'Autorité du Parc National des Seychelles.

Cedras a déclaré que le braconnage du coco-de-mer est une activité lucrative. Une noix de coco à l'âge adulte est un bien précieux pour les touristes venant aux Seychelles, qui se vend entre 450 US$ et 750 US$ l'unité. Les noix qui ne sont pas encore arrivées à maturité sont quant à elles considérées comme un met d'exception chez certains insulaires et dans certaines cultures asiatiques, on lui attribue même des vertus aphrodisiaques.

« Les noix poussent trop lentement c'est pour cela nous ne pouvons pas faire une étude chaque année. De plus, en raison des problèmes de braconnage, il n'y a pas autant de noix de coco qu'avant. Les seules noix que nous avons compté sont celles qui étaient sur les arbres, dans les vallées ou plus haut dans les montagnes, » a déclaré Cédras.

Après l'île de Praslin, qui accueille la forêt vierge de la Vallée de Mai, un site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, c'est l'île Curieuse, un parc national depuis 1979, qui possède la deuxième plus importante forêt de ces noix endémiques. On peut également trouver quelques cocotiers-de mer sur plusieurs autres îles des Seychelles, mais leur nombre n'est pas significatif.

Autrefois, les feux de forêt étaient une autre menace pour les palmiers géants de l'île, précédemment connue sous le nom de « l'Ile rouge », ou «Red Island », en raison de ses pics de montagnes exposés au vent.

Le parc national de l'île Curieuse a la deuxième plus grande forêt de cocotiers-de-mer (Global Vision International) Licence photo :Tous droits réservés

« Depuis la création de deux postes à Baie Laraie et Anse Jose, le braconnage n'est plus aussi fréquent. Nous effectuons également une surveillance régulière de l'île mais cela ne semble pas être suffisant pour limiter les incidents, » a déclaré Cédras.

L'objectif de l'étude était également de recueillir autant d'informations que possible sur les cocos-de-mer qui se développent sur Curieuse, l'une des 115 îles de l'archipel des Seychelles dans l'océan Indien occidental.

Cela faisait suite à un recensement préalable effectué par Global Vision International (GVI), un programme de volontariat international basé à Anse Jose.

« Le recensement quinquennal a débuté en 2009 dans le but d'harmoniser la collecte de données des trois populations sauvages de cocotiers-de-Mer sur Curieuse mais aussi pour montrer les différences significatives des cocotiers de Praslin, » a déclaré à la SNA, le représentant de GVI, Chris Mason-Parker.

Selon l'Autorité du Parc national des Seychelles, les noix ramassées sur Curieuse se distinguent des autres îles. Ce sont celles qui sont les plus galbées et les plus lourdes.

« Il y a de toute évidence une nécessité d'effectuer une recherche scientifique plus approfondie sur les noix de Curieuse mais en attendant, nous devons trouver les moyens d'empêcher leur exploitation,» a ajouté Cédras.

Seychelles

Un nouveau plan pour le pays visant à la protection contre la surexploitation de la mer

Les Seychelles ont commencé la phase de planification d'un projet qui proposera de nouvelles zones pour la… Plus »

Copyright © 2016 Seychelles News Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.