7 Février 2016

Afrique du Nord: Le théâtre maghrébin perd une de ses icônes avec la disparition de Tayeb Saddiki

Photo: Libération
Tayeb Saddiki dramaturge marocain

Alger — Le théâtre maghrébin perd une de ses plus illustres figures avec la disparition, vendredi à l'âge de 79 ans, du dramaturge marocain Tayeb Saddiki qui aura consacré plus de cinquante ans de sa vie au service du 4e art.

Tayeb Saddiki lègue à la postérité des œuvres mémorables comme "Diwan Abdrrahmane El Medjdoub", "Badie Ezzamane El Hamadhani" et "El Fil wa Essarawil", dont certaines ont été jouées dans les années 1960/1970 sur les planches algériennes que l'artiste a beaucoup fréquentées à l'époque.

Les amoureux du 4e art se souviennent encore de générales données en Algérie, à l'instar de la pièce "El Kibach", jouée en 1969 à l'occasion du premier Festival Panafricain à Alger.

Cette "relation étroite" avec l'Algérie s'explique par la vitalité du théâtre algérien dans ces années où nombre de dramaturges arabes se sont produits et fait connaître sur ses planches, rappelle le critique de théâtre Mekhlouf Boukrouh.

Tout en saluant la mémoire d'un "artiste engagé et avant-gardiste", M. Boukrouh évoque également les tournées que faisait Saddiki à travers toute l'Algérie en compagnie d'un autre grand nom du théâtre maghrébin, l'Algérien Mustapha Kateb et du dramaturge tunisien Ali Benayad.

Il rappelle aussi que le l'auteur de "El Harraz" et "Soltane Etolba" s'était illustré en puisant dans le patrimoine maghrébin à l'instar du regretté dramaturge algérien Abdelkader Alloula dont Seddiki s'était inspiré dans son travail.

"C'est une icône du théâtre arabe qui disparaît, un artiste complet, à la fois dramaturge, comédien et scénographe", estime le critique.

Rendant hommage à son tour à un "grand professionnel" et à un "créateur" parmi les "plus doués du monde arabe", le dramaturge algérien Mustapha Ayad salue également la mémoire d'un homme "aux grandes qualités humaines" qui avait, rappelle-t-il, un "grand respect" pour les hommes de théâtre algériens qu'il a reçus au Maroc à de nombreuses occasions.

Né en 1937 à Essaouira sur la façade atlantique du Maroc, Tayeb Saddki fonde en 1957 la troupe du "Théâtre ouvrier" et joue des adaptations d'auteurs arabes comme l'Egyptien Tewfik El Hakim.

Dramaturge, metteur en scène et comédien, il adapte également des classiques du théâtre universel comme Samuel Beckett et puiser dans le répertoire traditionnel maghrébin.

En plus d'avoir dirigé de nombreuses troupes et travaillé dans des institutions de théâtre au Maroc, il se distingue au cinéma, notamment dans le film "Arrissala" de Mostafa El Akkad.

L'artiste a été plusieurs fois récompensé pour ses œuvres dans son pays et à l'international.

Algérie

Hameur Bouazza - L'Algérien vers Fleury en National 2 ?

Hameur Bouazza a mis fin à son contrat avec le Tours FC ce jeudi. L'ex-international algérien pourrait… Plus »

Copyright © 2016 Algerie Presse Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.