15 Février 2016

Madagascar: Maîtrise des eaux, signe de développement

opinion

Dans un pays comme le nôtre où la saison des pluies est prévisible, on ne construit pas (plus ?) les routes de manière à canaliser et évacuer l'eau. On tiptop, année après année, les mêmes trous créées par le même manque de drainage.

Dans les pays avancés, on ne dépend plus, pour sa survie, que de l'eau tombée du ciel. Au contraire, les rivières sont détournées et des kilomètres de canaux et digues construits pour arroser de vastes champs. De même, l'eau/la neige tombée du ciel est barrée, détournée ou captée, préservée dans des lacs artificiels et réservoirs pour la consommation humaine. Il est rare que l'eau tombée du ciel, s'écoulant dans les rivières et fleuves, ne soit pas exploitée à plusieurs reprises (pour l'irrigation, la consommation, l'électrification) avant d'être déversée, sous forme certes plus polluée, dans la mer. A Madagascar, l'eau se déverse intouchée, sauvagement, dans la mer, emportant avec elle la terre rouge que la végétation n'arrive plus à retenir.

Est-ce vraiment possible que les derniers travaux d'ingéniorat hydrologique d'inspiration purement malgache datent d'Andrianampoinimerina ? Que les grands chantiers de canalisation, de digues, de lacs artificiels datent de la période coloniale ? - Canal des Pangalanes (1896) et du canal Andriantany, mis à dur épreuve aujourd'hui (1914-1932). De même les lacs artificiels comme Mantasoa (1936), Mandroseza, Ivato, Ambohibao qui datent plus ou moins de la même période ? Que seule l'impulsion des bailleurs de fonds par la suite a amené de modestes améliorations (Marais Masay, Apipa et consorts)?

Et pourtant, l'abondance de l'eau se fait sentir de manière de plus en plus aiguë, si ce n'est que par la destruction qu'elle emmène : routes pulvérisées, rizières détruites ou ensablées, rivières et donc eau dite potable boueuses. Ailleurs, l'eau est rare, sinon inexistante, conduisant à des périodes de sécheresse et de disette, que les observateurs caractérisent avec une certaine nonchalance de récurrentes, presque normales... On y fait face avec les vivres et les citernes d'eau, sans le moindre souci de solution pérenne.

Dans un pays comme le nôtre où la saison des pluies est prévisible, on ne construit pas (plus ?) les routes de manière à canaliser et évacuer l'eau. On tiptop, année après année, les mêmes trous créées par le même manque de drainage. Les zones irriguées sont maintenant inondées, tandis que le reste du pays qui attend la pluie du ciel pour planter le riz prie que les intempéries caractéristiques du mois de février seront absentes cette année. Les déversements des collines d'Antananarivo vers la plaine et donc vers le canal Andriantany et vers la rivière Ikopa sont exacerbés par la croissance de la population, le remblai et les constructions sur tout mètre carré disponible, arrachant au passage toute végétation qui pourrait retenir les eaux (et les boues par la suite).

Le potentiel hydroélectrique est inexploité. Les rizières irriguées ne drainent plus et sont inondées. Le nord se trouve sous l'eau et la RN4 coupée. Le sud est dans la sécheresse et le kere. Et tout cela sans un vrai cyclone de grande envergure depuis quelques années. Il ne s'agit pas de réparer et tiptopper le peu qui existe, il faut construire du grand et du nouveau. L'urgence n'est plus à prouver, mais où sont nos ingénieurs ? Nos visionnaires ? Nos dirigeants ?

Ps : Je sors de mon domaine de prédilection. J'espère inspirer un (ou des) spécialiste(s) en la matière à se prononcer sur le sujet.

CE TEXTE VOUS A ETE PROPOSE PAR PAMBAZUKA NEWS

* Ne vous faites pas seulement offrir Pambazuka ! Devenez un Ami de Pambazuka et faites un don MAINTENANT pour aider à maintenir Pambazuka LIBRE et INDEPENDANT !

http://pambazuka.org/en/friends.php

** Sahondra Rabenarivo est juriste, membre de l'Observatoire de la vie publique (Sefafi) à Madagascar

*** Veuillez envoyer vos commentaires à [email protected]

**** Les opinions exprimées dans les textes reflètent les points de vue des auteurs et ne sont pas nécessairement celles de la rédaction de Pambazuka News

Madagascar

Sortir les enfants des mines de saphirs du sud

Madagascar fournit 40% de la production mondiale de saphirs. La région d'Ilakaka, dans le sud du pays, attire des… Plus »

Copyright © 2016 Fahamu. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.