29 Février 2016

Madagascar: La lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants à renforcer

opinion

A Madagascar, 14 % des filles de 15 à 19 ans sont victimes des violences sexuelles

. L'exploitation sexuelle reste une problématique majeure dans les sites touristiques. Une étude menée par l'Unicef dans deux sites touristiques et miniers à Madagascar révèle que 16% des enfants ont subi un premier rapport sexuel contraint. Dans la ville de Nosy Be, 40% des premières relations sexuelles des jeunes filles enquêtées ont eu lieu dans le milieu de la prostitution. Par ailleurs, selon Amnesty International, en 2010, les mineurs prostitués de Toamasina et Nosy Be représenteraient entre 30 et 50% de la totalité des personnes en situation de prostitution. A noter que l'âge moyen d'entrée dans la prositution va de 13 ans à 15 ans, selon une étude menée par l'Ong Ecpat France en 2012 dans la localité de Nosy Be.

Madagascar

Les magistrats toujours bloqués à Ikongo, le gouvernement rassure

A Ikongo, dans le sud-est de Madagascar, la situation pour les magistrats est toujours incertaine. A cause des tensions… Plus »

Copyright © 2016 Fahamu. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.