29 Mars 2016

Cote d'Ivoire: En conflit depuis 2010, Donald et Moussa se réconcilient après un dialogue direct

Donald et Moussa, deux amis d'enfance devenus comme des frères ont arrêté de se fréquenter à cause de la crise post-électorale de 2010-2011. Cinq ans après, ils se sont reparlé et ont décidé d'enterrer la hache de guerre.

Ouragahio a vu naître Donald Gnazalé et Moussa Kamissoko dit Sakmo. Ils ont respectivement 37 et 40 ans aujourd'hui. Enfants, Ils ont grandi et jouaient ensemble dans l'équipe du village. Pendant le Ramadan et la Tabaski, et comme cela se fait en général, Donald Gnazalé allait manger et faire la fête chez Moussa Kamissoko. À Noël, c'est Moussa qui allait réveillonner chez Donald. Cette bonne ambiance familiale que rien ne semblait inquiéter va pourtant être ébranlée lors de la crise post-électorale lors de crise post-électorale.

Le bicéphalisme à la tête de l'État a eu un impact direct dans le village et sur la relation de Donald et Moussa. Le jeune Bété soutenant Laurent Gbagbo et son ami Dioula militant pour Alassane Ouattara. Le fossé entre les frères d'hier s'agrandit de jour en jour.

Ouaragahio qui n'avait qu'une seule équipe de football en compte désormais deux : l'équipe du village composée uniquement de Bétés et celle de Dioulabougou constituée que de Malinkés (communément appelés Dioulas). Selon Moussa Kamissoko, cette situation est due aux nombreuses frustrations subies par la communauté Dioula. Il raconte qu'une fois, pendant un tournoi de foot dans le village de Laurent Gbagbo, son équipe est arrivée jusqu'en demi-finale. Mais, à leur grand étonnement, elle a été disqualifiée. Les habitants d'Ouraghaio leur ont expliqué que « [ils étaient] des rebelles, et donc [ils ne pouvaient] pas jouer ».

Les rumeurs, source de division des communautés

La division entre les deux communautés était consommée. Le dialogue rompu, ils s'attaquaient pour tout et n'importe quoi. Donald se souvient du 12 février 2012. Ce jour-là, la Côte d'Ivoire perd la finale de la Coupe d'Afrique des Nations face à la modeste équipe de Zambie. À la fin de la rencontre, les jeunes Bétés sont attaqués par ceux de Dioulabougou pour avoir salué l'esprit de combativité des joueurs zambiens.

« Qu'y a-t-il de mal à féliciter une équipe qui a battu notre équipe nationale ? » Cette énième attaque aura fait plusieurs blessés de part et d'autre.

Donald Gnazalé s'est senti choqué. Pour lui, lorsque Laurent Gbagbo était encore aux affaires, eux qui auraient donné des parcelles de terres cultivables aux Dioulas n'ont jamais attaqué ces derniers. Poursuivant, il indique que les Malinkés, dès l'accession au pouvoir d'Alassane Ouattara, ne posaient que des actes répréhensibles.

Cette affirmation, Moussa Kamissoko la réfute. Il déclare que ce sont plutôt « les jeunes Bétés qui viennent des autres villages [qui] se rendaient coupables d'actes ignobles. » Ils expliquent que les jeunes insultaient leurs parents et renversaient leurs marchandises.

Cette querelle intestine entre Bétés et Dioulas a fini par avoir raison de la fraternité légendaire entre le planteur Donald Gnazalé et le président du syndicat des transporteurs Moussa Kamissoko. Les fréquentes rumeurs d'attaques de l'une et l'autre des communautés ont fragilisé la cohésion sociale à Ouragahio.

La hache de guerre enterrée grâce à Ivoire Justice

Au mois d'octobre 2015, les journalistes d'Ivoire Justice se sont rendus en reportage à Gagnoa et Ouragahio. Informés de la situation de conflit qui prévalait dans la ville, ils ont initié un débat pour comprendre les causes profondes de ce malaise entre frères ennemis. À cette occasion, Moussa Kamissoko et Donald Gnazalé se sont reparlés. Les yeux dans les yeux, ils ont crevés l'abcès.

« Ce que je reproche beaucoup à nos frères Bété, c'est de trop prendre en compte les "on dit", les rumeurs. Cela fait que je me méfie d'eux et eux de moi. Pour ne plus avoir ce genre de problèmes, je pense qu'il faudrait s'appeler quand nous entendons une rumeur », a déclaré Moussa. Même son de cloche du côté de Donald.

Après un débat franc et houleux, ils en sont arrivés à la conclusion qu'ils se sont fait manipuler par les oiseaux de mauvais augure. Main dans la main, ils se sont salués, ils ont échangés les numéros de téléphone et ont promis de s'appeler et de se tenir informés en cas de rumeurs.

Ivoire Justice met en avant des personnes qui ont envie de s'exprimer sur des sujets particuliers ou qui ont simplement des histoires engageantes à raconter. Leurs opinions ne reflètent évidemment pas celles du site Ivoire Justice.

Cote d'Ivoire

Rencontre avec la délégation culturelle des 8èmes Jeux de la Francophone - Mbagnick Ndiaye salue une participation de qualité

Le ministre de la Culture et de la Communication a reçu, hier, en audience, les artistes médaillés… Plus »

Copyright © 2016 Ivoire Justice. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.