8 Avril 2016

Cote d'Ivoire: La ministre Badjo Paulette cache les prisonniers politiques

La nouvelle ministre des Droits de l'Homme et des Libertés publiques d'Alassane Ouattara, Mme Badjo Paulette, pour sa première participation à une session de la Commission africaine des Droits de l'Homme et des peuples (CADHP), a raté sa sortie.

Selon elle, depuis 2011, la Côte d'Ivoire va bien en matière de respect des Droits de l'Homme. Fini, selon elle, "les plaintes de violation des Droits de l'Homme contre la Côte d'Ivoire de la décennie 2002-2011".

Elle en veut pour preuve, l'indice de sécurité des Nations unies qui est passé de "4% à 2%". "Plus de 69 mille ex-combattants ont été réinsérés  le gouvernement a tout mis en œuvre pour mettre en l'état l'appareil judiciaire  il a engagé des réformes judicaires.

Ce qui justifie certainement la décision prise par le président Alassane Ouattara d'affirmer qu'il n'enverra plus d'Ivoirien à la CPI". Elle a ajouté que grâce au dialogue politique, le climat social s'est apaisé. "Ce qui a permis à plus de 240 exilés de rentrer définitivement au pays".

Quid des plus de 400 prisonniers politiques détenus dans les prisons de la Maca et de l'intérieur du pays et sans jugement depuis plusieurs années.

Pourtant, les Ong, en prélude à cette session, n'ont pas arrêté de dénoncer, lors de leur forum du 2 au 5 avril dernier à Banjul, les "détentions arbitraires sans jugement dans les prisons africaines". Autrement dit, la ministre Badjo a voulu cacher le soleil avec la main. Mais, l'exercice étant impossible, elle a été épinglée.

Cote d'Ivoire

18 octobre 1905 / 18 octobre 2017 - Félix Houphouët-Boigny aurait eu 112 ans aujourd'hui

Il y a parfois des parcours de vie, et particulièrement politiques qui sont une véritable source… Plus »

Copyright © 2016 Notre Voie. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.