27 Avril 2016

Maroc: La Minurso en débat au Conseil de sécurité

Jeudi, le Conseil de sécurité de l'ONU doit se prononcer sur la prolongation -ou non- de la Minurso dont le mandat s'achève ce samedi. Rabat ne décolère pas après les propos du secrétaire général Ban Ki-moon.

Tous les ans, depuis 1991, le Conseil de sécurité de l'ONU renouvelle le mandat de la mission des Nations Unies au Sahara occidental pour surveiller un cessez-le-feu entre le Maroc et les indépendantistes du Front Polisario. Mais cette année, le contexte est difficile : Rabat n'a pas digéré les propos du secrétaire général Ban Ki-moon qui a parlé "d'occupation" du territoire par le Maroc.

Mardi, l'envoyé spécial de l'Union africaine pour le Sahara occidental, Joaquim Chissano, a critiqué les mesures prises par Rabat envers la Minurso : l'expulsion de 84 membres civils de la mission et la fermeture d'un bureau de liaison militaire. Selon l'ONU, ces mesures empêchent la Minurso de fonctionner.

L'ancien président mozambicain s'est dit "consterné" par cette querelle et a insité sur "la frustration croissante dans les camps de réfugiés" sahraouis.

Rabat, de son côté, a obtenu le soutien des monarchies du Golfe qui pointent une "situation dangereuse".

Dans ce contexte, Christos Tsatsoulis, l'ancien chef de la Minurso, craint la fin de la mission. Il l'a dit à la Al Jazeera: "Mon expérience personnelle est que le soutien du gouvernement marocain à la mission de l'ONU est absolument vital. Si le gouvernement continue dans la voie du retrait de son soutien, je ne suis pas sûr que la mission des Nations Unies au Sahara occidental va pouvoir durer plus longtemps."

Toujours pas de référendum

Le Maroc propose depuis 2007 un plan d'autonomie pour le Sahara occidental, qu'il considère comme partie intégrante du royaume. En face, les indépendantistes du Polisario, soutenus par l'Algérie, réclament un référendum d'autodétermination. L'organisation de cette consultation est d'ailleurs une des tâches de la Minurso - jamais réalisée depuis 25 ans. Pour autant, Helmut Reifeld, chef du bureau de la fondation Konrad Adenauer au Maroc, ne veut pas parler d'échec: "Non elle n'a pas échoué. Elle continue d'être légitime, parce qu'elle agit sur un problème de droits des peuples non résolu et qui a besoin d'une solution pacifique et consensuelle."

Le Polisario a mis en garde contre une possible reprise de la lutte armée, si le Conseil de sécurité de l'ONU ne faisait pas assez pression sur le Maroc.

Maroc

Rabat réagit aux déclarations de Messahel sur le royaume et l'argent du haschich

Le Maroc a annoncé samedi 21 octobre qu'il avait rappelé son ambassadeur en Algérie et qu'il avait… Plus »

Copyright © 2016 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.