3 Juin 2016

Afrique: Accaparement de terres - Manifestation devant le siège français de Bolloré

« Propriété palmée », « Pas de bénéfices sans responsabilités », ce sont les slogans que l'on pouvait lire sur les banderoles des manifestants, ce vendredi matin, devant le siège du groupe Bolloré en banlieue parisienne. Manifestations aussi aujourd'hui au Liberia, en Sierra Leone, au Cameroun dans les plantations de la Socfin pour dénoncer l'accaparement de terres. La Socfin est une holding dont Bolloré est actionnaire et possède des plantations de palmiers à huile et d'hévéas dans plusieurs pays d'Afrique et d'Asie.

Une centaine de manifestants brandissent des pancartes sur lesquelles on lit « Bolloré partout, justice nulle part ». Parmi eux, Désiré, il vient de République démocratique du Congo et il a un message à faire passer : « Nous ne refusons pas les investissements, mais pas au détriment de la population. Les gens qui sont dans le coin sont chassés, délogés de leur territoire. Or ils vivent de l'agriculture. Après où iront-ils ? Comment sera la scolarité de leurs enfants et tout ? »

Lors de l'acquisition des plantations, le groupe Socfin a pris plusieurs engagements vis-à-vis des populations. Le premier est celui de respecter leur espace vital : 150 hectares aux alentours des villages doivent rester vierges.

Une promesse déjà trahie pour Nicolas qui représente le Réseau pour l'action collective transnationale (ReAct) : « Aujourd'hui dans certains villages comme où on est, on a des palmiers à huile qui viennent jusqu'à l'arrière des maisons des gens. Ensuite en termes de compensation, au moment de la privatisation et du rachat par la Socfin de ces plantations, il y avait un certain nombre d'engagements, un certain nombre d'accès à la santé, d'accès à l'eau potable pour les communautés locales. Et aujourd'hui, ce sont des droits qui ne sont pas respectés, qui sont bafoués ».

Depuis 2008, les plantations de la Socfin ont continué de s'étendre et ont augmenté de plus de 40%. Elles représentent aujourd'hui plus de 185 000 hectares.

Liberia

Aux Etats-Unis, un ancien rebelle libérien rattrapé par ses crimes

Son nom de guerre était « Jungle Jabbah ». Cet ancien commandant rebelle libérien risque… Plus »

Copyright © 2016 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.