17 Juin 2016

Congo-Kinshasa: Comment Radio Okapi a encouragé les gens à déposer les armes et à entamer le dialogue

En 2002, Radio Okapi est devenue la première station de radio en RDC à diffuser dans les territoires contrôlés aussi bien par le gouvernement que par les rebelles. Quatorze ans plus tard, son directeur se penche sur la façon dont l'engagement de la station de radio à la pluralité a contribué à la consolidation de la paix et de la réconciliation dans la région.

Dans une interview en 2004 sur la Radio Netherlands, David Smith - à l'époque chef de l'information à la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) - a décrit un projet qui changerait fondamentalement le rôle de la radio dans le République démocratique du Congo (RDC):

Il n'y a pas une seule voix qui unit tous les Congolais. Ce projet de radio permettra, pour la première fois depuis le début de la guerre, aux gens dans les territoires sous contrôle des rebelles de parler aux gens dans les territoires contrôlés par le gouvernement.

Smith décrivait ainsi Radio Okapi - une station qui avait été créée deux ans seulement plus tôt, en 2002, suite à un partenariat entre la MONUC (maintenant appelée MONUSCO) et l'ONG suisse Fondation Hirondelle.

Cette station de radio multilingue - créée dans les dernières années du conflit interne sanglant en RDC que certains ont décrit comme étant la « première guerre mondiale de l'Afrique » - a été fondée avec l'intention de devenir « le premier média à fournir une couverture nationale, sans tenir compte de l'affiliation politique ».

Au moment de sa création, la radio était le principal instrument par lequel les gens étaient informés en RDC, en raison de sa grande accessibilité et de son faible coût.

Mais la diversité des opinions et des informations disponibles pour les citoyens était limitée à l'époque. Selon Michelle Betz, auteur de « Radio artisane de paix » - une étude de cas académique de Radio Okapi - au début de l'année 2002, seules neuf autres stations de radio émettaient à Kinshasa.

Jusqu'à ce moment-là, Betz note que les partis de l'opposition avaient des difficultés à accéder aux médias d'Etat, et les stations de radios privées étaient souvent moins critiques à l'égard du gouvernement que les journaux privés.

Depuis qu'elle a commencé à émettre, Radio Okapi, une station de la base qui a été fondée dans le but de « convaincre les gens qu'il est dans leur intérêt de déposer leurs armes », s'est développée au point d'atteindre environ 25 millions d'auditeurs et d'employer 191 personnes, à en croire son directeur Amadou Ba.

Cela ne veut pas dire que la liberté d'expression et l'accès à l'information ne posent plus de problèmes en République démocratique du Congo.

Loin de là. La RDC est toujours considérée comme l'un des pires pays pour la liberté d'expression, classé 152e sur une liste de 180 pays dans le classement mondial 2016 de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières.

L'organisation membre de IFEX Journaliste en Danger rapporte régulièrement les attaques et arrestations de journalistes, les interdictions des médias et la législation qui constitue un obstacle à l'accès à l'information. Il y a même eu des cas de journalistes tués à cause de leur travail ou de leur qualité de journaliste.

Néanmoins, Radio Okapi travaille à changer les choses. Elle est la première station de radio à diffuser en ondes courtes et FM aussi bien dans les territoires sous contrôle du gouvernement que dans ceux tenus par les rebelles.

Bien plus, la station diffuse dans les cinq principales langues du pays (français, Lingala, Swahili, Tshiluba et Kikongo), chose qui la rend beaucoup plus inclusive que les stations qui n'émettent que dans une seule langue ou pour un seul groupe culturel.

Cela fait maintenant 14 ans depuis la création de Radio Okapi - et avec la fin officielle de la guerre - le moment est propice pour réfléchir sur comment et pourquoi cette station de radio est connue comme étant « la radio de la paix ».

Congo-Kinshasa

La RDC est le pays d'Afrique qui compte le plus de déplacés internes

Selon un rapport publié la semaine dernière par l'Observatoire des situations de déplacement… Plus »

Copyright © 2016 International Freedom of Expression Exchange Clearing House. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.