28 Juin 2016

Afrique: Le continent défend une trajectoire de développement sobre en carbone

Photo: World Bank CC
Exploitants agricoles en Afrique
communiqué de presse

Prétoria, Afrique Du Sud — PRÉTORIA, Afrique du Sud, 28 June 2016 / PRN Africa / -- le 24 juin 2016/CEA - La commission Economique pour l'Afrique défend un nouvel ordre Afrique dit le Coordinateur Résident des Nations Unies a.i en Afrique du Sud, Tobias Takavarasha.

Prenant la parole lors du lancement du Rapport économique sur l'Afrique 2016 sous le thème Ecologisation de l' Industrialisation, Takavarasha a dit que le rapport a été un catalyseur pour la conduite d'un nouvel ordre de l' Afrique que nous voulons . « La CEA défend l'industrialisation de l'Afrique en utilisant une voie propre, durable et inclusive. Comme un retardataire, le continent est en mesure de définir et de concevoir sa propre voie en fonction de ses propres réalités et de l'apprentissage de l'histoire et les expériences des autres régions a' bruler les méthodes traditionnelles a' forte intensité de carbone de la croissance et défend une trajectoire de développement a' faible émission de carbone » a-t-il dit.

Takavarasha a dit que l'industrialisation était au cœur de l'ordre du jour de la transformation structurelle de l'Afrique avec des opportunités significatives pour transformer le secteur agricole pour la valeur ajoutée de traitement agro. Cela a-t-il dit, pourrait inverser la tendance des pays africains dépensant environ 30 milliards de dollars américains par an d'exportation des aliments transformés.

Présentant le rapport lors d'un séminaire organisé par l'Université de Pretoria et le Centre d'Etude de l'Innovation de la Gouvernance, le Directeur de la CEA, Division de la Politique microéconomique, Adam Elhiraika a dit que l'industrialisation de l'écologisation de l'Afrique était a' la fois bénéfique et possible pour l'Afrique. « L'industrialisation verte est la voie a' suivre pour l'Afrique - il est bon pour la croissance inclusive a' long terme, il assure l'intégrité des écosystèmes, le climat de développement -résilient et des économies de coûts grâce a' des technologie avancées, entre autres » a- t-il dit.

Elhiraika a dit que l'Afrique avait besoin d'un cadre politique pour l'industrialisation verte pour créer un environnement favorable caractérisé par des politiques cohérentes, des partenariats et des finances.

Le REA 2016 souligne que l'Afrique est bien partie pour décrocher sa croissance à travers une industrialisation écologique. Le rapport aborde également des questions liées aux moyens qui permettent au continent de parvenir à une industrialisation écologique. Il met en exergue des projets dans un certain nombre de pays tels que le Kenya et le Malawi qui montrent la manière dont les pays peuvent se développer à travers une industrialisation écologique.Cependant, il fait ressortir le peu voire l'insuffisance des infrastructures propices à l'écologisation du processus d'industrialisation en Afrique tout en relevant la volonté des gouvernements à délaisser le carbone en faveur des moyens de développement plus écologiques.

Commentant sur le rapport, Mao Amis du Centre africain pour une économie verte fait écho a' la nécessite de la transition de l'Afrique vers l'économie verte en faisant valoir qu'elle détenait de meilleures opportunités que le « business as usual » approche. « Nous existions a' la transition du continent dans une économie verte nous avons besoin d'intégrer et de développer un récit vert pour le continent et ce que cela signifie pour les différents contextes nationaux. » A-t-il dit. Amis a plaidé pour l'inclusion du secteur informel dans l'ordre du jour vert ». Au cœur de cette transition est l'implication du secteur informel dont la contribution a' l'économie formelle est monumentale dans le cas de l'Afrique du sud, 300 milliards de dollars américains » a-t-ajouté.

Un autre intervenant, Saul Levin, Directeur Exécutif, Commerce et Politiques Industrielles en doute la faisabilité de l'Afrique poursuivant un programme vert d'industrialisation sans chemin clair de la façon d'y parvenir. Il a fait valoir que tous les pays qui se sont industrialisés, utilisaient toutes formes de voies, y compris le charbon. « Je ne connais aucun pays qui s'est industrialisé en utilisant le modèle de l'énergie verte et renouvelable. Cela nécessite beaucoup d'investissements, des compétences élevées - Nous manquons a' la fois en Afrique. Levin a déclaré que le concept de l'industrialisation a saute mouton n'a pas été assez clair et que la transformation structurelle ne signifie pas passer au vert » a- t-il dit soutenu.

En outre il a fait valoir que les économies africaines étaient a' forte intensité énergétique nécessitant un approvisionnement constant d'énergie et se demandait si les énergies renouvelables seraient a' mesure de répondre a' une telle demande. Le défi est comment pouvons-nous nous industrialiser sans arrêter le développement des continents et déjà des industries et des usines en difficultés » a-t-il dit.

Le séminaire de Lancement a réuni des représentants de la société civile, les agences des Nations Unies, le personnel de la faculté de l'Université et les étudiants entre autres.

En savoir plus

L'action climatique va de pair avec le développement durable dans le continent

Les mesures pour contrer le changement climatique telles que des politiques vertes, les approches de marché et… Plus »

Copyright © 2016 PR Newswire. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.