4 Juillet 2016

Congo-Kinshasa: Un journaliste burundais de le RPA est détenu depuis 10 mois au pays

JED demande la libération urgente d'un journaliste burundais détenu depuis 10 mois à Kinshasa.

Journaliste en danger (JED) est profondément préoccupée par la détention arbitraire et prolongée, dans plusieurs lieux d'incarcération de Kinshasa et de l'intérieur de la RDC, de Egide Mwemero, un technicien, de la Radio Publique Africaine (RPA), station émettant à Bujumbura, capitale du Burundi, interdite de fonctionner par les autorités de ce pays.

Après plusieurs mois de détention au secret dans les cachots des services de sécurité, Egide Mwemero a été finalement transféré, le 28 mai 2016, à la prison centrale de Makala, à Kinshasa.

Interrogé par JED, depuis sa cellule, sur le motif de son arrestation Egide Mwemero, a expliqué que le grief retenu contre lui change selon les différents services. Certains l'accusent d'espionnage militaire en RDC pour le compte du Rwanda; et d'autres services l'accusent de participation à un mouvement insurrectionnel ou de complicité avec un réseau qui déstabiliserait le Burundi. Mais la DMIAP (Détection militaires des actions anti-patrie) qui l'a transféré en prison centrale de Makaka parle « d'incitation militaire ».

« Je ne suis qu'un technicien de la RPA, je n'ai jamais été enrôlé dans un quelconque mouvement militaire », s'est défendu Egide Mwemero avant d'ajouter qu'il a fait l'objet de plusieurs actes de torture lors de sa détention dans les installations de ces différents services de sécurité. Concernant son état de santé, le journaliste dit qu'il « souffre maintenant de l'hypotension, du paludisme et de la fièvre typhoïde ».

JED demande instamment aux autorités judiciaires congolaises d'ordonner la libération sans conditions de ce professionnel des médias burundais dont la détention ne repose sur aucun fait précis.

« Cette détention n'honore pas du tout la République Démocratique du Congo, et ternit inutilement une image qui n'est pas reluisante sur le plan des droits de l'Homme. On ne peut pas détenir quelqu'un pendant 10 mois sans aucun jugement et sur des accusations aussi grave », a déclaré, Tshivis Tshivuadi, Secrétaire général de JED.

Pour rappel, Egide Mwemero a été arrêté, mardi 13 octobre 2015, dans les installations de la Radio Le Messager du Peuple, station émettant à Uvira et partenaire de la Radio Publique Africaine. Il avait effectué le déplacement à Uvira pour réparer l'émetteur de la Radio Le Messager du Peuple.

Après son arrestation, il avait été détenu brièvement à Bukavu, dans la province du Sud-Kivu, avant d'être transféré, le mardi 3 novembre 2015, à Kinshasa où il a été détenu successivement à l'auditorat militaire, à la prison militaire de Ndolo et dans les installations de la DMIAP (Direction Militaire des Activités Anti-Patrie) avant d'être conduit à la prison centrale de Makala où il est présentement placé en détention « provisoire ».

Congo-Kinshasa

Nikki Haley à Kinshasa - Un message fort de Trump à Kabila

Annoncée depuis la dernière assemblée générale des Nations unies, l'ambassadrice des… Plus »

Copyright © 2016 International Freedom of Expression Exchange Clearing House. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.