12 Juillet 2016

Afrique: Bernadette Lahai parle de l'agenda du Parlement panafricain pour l'alimentation et de la sécurité de la nutrition

interview

Johannesburg — Dr.Bernadette Lahai est une femme politique de la Sierra Leone et chef de la minorité actuelle du Parlement. Elle est chef de l'opposition principale Sierra Leone Parti populaire à la Chambre du Parlement. Elle est également vice - président du Parlement panafricain.

 De quelle manière le Parlement panafricain (PAP) fait en sorte que les partenaires respectent leurs engagements suite à la réunion parlementaire tenue lors de la Conférence internationale sur la nutrition (ICN2) organisé par la FAO et l'Organisation mondiale de la santé?

PAP, comme organe consultatif, et leurs membres sur les deux niveaux national et régional, ont cessé d' appeler à l'attention des gouvernements, des organismes internationaux, des ONG ainsi que les personnes à remplir leurs diverses obligations de se conformer aux engagements et déclarations internationales .

Afin de communiquer ces responsabilités, des auditions d'experts, des ateliers, sensibilisation des médias et de plaidoyers, de lobbying et d' échange expérientiel ont été mis en œuvre.

Il y a également eu une poussée pour la ratification des traités et des protocoles qui entravent le développement.

Manquant la puissance suffisante pour claquer des sanctions aux mauvais payeurs, le PAP ne peut pas défendre et faire pression pour le respect de ces engagements.

À la suite de l'octroi de pouvoirs législatifs et de contrôle sur l'Union africaine, il est espérer que le PAP sera appelle à plus de responsabilité et de transparence, avec la possibilité de sanctionner les gouvernements et les institutions non conformantes.

 À la lumière des multiples défis auxquels le continent africain, à votre avis, comment le PAP se sont comportés dans la consolidation des partenariats pour influer sur les décideurs politiques à considérer la sécurité alimentaire et de malnutrition lorsqu'ils conçoivent et formulent des politiques?

Le Comité PAP sur l'agriculture, l' économie rurale, l' environnement et les changements climatiques ont et continuent de collaborer avec leurs homologues au sein du Comité de l' Union africaine, le Nouveau Partenariat pour le Développement de l' Afrique de l' national et international des produits agricoles organisations et instituts de recherche.

Les ONG travaillent également sur les questions de sécurité alimentaire et à la nutrition pour échanger des informations sur le sujet, entreprendre des activités conjointes, la mission de validation et des données d'examen sur les progrès accomplis.

Ils prévoient également de prendre des résolutions communes, déclarations, et un protocole d'entente (PE) , les gouvernements et les organisations internationales rappelant leurs engagements, en particulier liés aux lois et politiques pour relever les défis de la sécurité nutritionnelle et alimentaire.

Pleinement conscient du fait que les questions de sécurité alimentaire et de nutrition sont transversales, le PAP a également appelé à une collaboration conjointe des comités et des secteurs dont le travail complimente la sécurité alimentaire et la nutrition.

Cette coordination sectorielle contribuera à la sécurité alimentaire et de la nutrition d'une manière holistique, donc l' optimisation des ressources et des gains limités.

Let partenariat avec d' autres institutions a également aidé les données d'accès au PAP, ce qui est essentiel pour éclairer la prise de décision, le débat, le plaidoyer et le lobbying.

 Est-ce que les résultats de la Conférence internationale sur la nutrition (ICN2) influenceraient l'avancement de l'ordre du jour de la sécurité alimentaire et du Parlement panafricain?

Très certainement. Au cours de la ICN2, les parlementaires ont identifié un besoin urgent de plaider pour des réponses plus efficaces pour lutter contre la malnutrition, tout en veillant à ce que les politiques publiques soient protégés contre les conflits réels ou perçus d'intérêt.

Je crois que l'atelier proposé est exactement ce qu'ils considéreraient une «réponse efficace» et «mesure proactive» dans la quête d'un monde de sécurité alimentaire.

Les parlementaires ont également souligné l'importance du dialogue parlementaire dans les pays, les régions et dans le monde, afin de partager les bonnes pratiques et les expériences pour assurer la sécurité alimentaire et la nutrition adéquate.

L' accent est mis sur le renforcement des institutions parlementaires grâce à des mesures proactives pour doter le parlement avec une plus grande responsabilisation et de surveillance des pouvoirs.

Le prochain atelier Parlements communiquera et de reconnaître l'importance des observations et conclusions parlementaires sur l'avenir de la nourriture.

L'atelier étudiera également le projet de protocole d'entente signé entre le PAP et de l'Organisation pour l' alimentation et l' agriculture des Nations Unies (FAO) pour veiller à ce que les domaines de collaboration sont convenues et sont dans les responsabilités juridiques des deux parties.

Premières réflexions sur la structure des stratégies d'alliance et de la communication seront également discutées et convenues lors de l'atelier.

 A votre avis, quelle est l' importance des initiatives telles que la formation et des ateliers axés sur l'ordre du jour de la sécurité alimentaire pour l' Afrique pour atteindre l'objectif SDG de la faim zéro d'ici 2030?

Tout d' abord, l' insécurité alimentaire et la malnutrition est non seulement un problème africain en cours, il est un problème mondial qui doit être traitée dans, d' une manière proactive efficace.

En fait, selon l'État de l' insécurité alimentaire dans le monde 2015, 793 millions de personnes souffrent de la faim et des niveaux élevés de malnutrition persistent.

En Afrique, en particulier, en dépit des progrès notables réalisés au cours des dernières années, environ 217 millions de personnes sont sous - alimentées que le continent lutte pour faire face aux multiples défis de la malnutrition.

Cependant, grâce à l'appui des dirigeants africains engagés à changer positivement la situation alimentaire comme indiqué dans la Déclaration de Malabo et la stratégie de nutrition régionale africaine 2015-2025, l'avancement de la recherche de solutions aux problèmes alimentaires et nutritionnels est encouragée et soutenue au niveau national .

Les organismes gouvernementaux ont reconnu l'importance fondamentale d'adopter des stratégies et des mesures novatrices dans le but d'éradiquer la malnutrition.

À mon avis, la mise en œuvre de plusieurs ateliers et formations de communiquer efficacement et de proposer des solutions aux défis de l' insécurité alimentaire, l'Afrique pourrait atteindre l'objectif SDG de «faim zéro» d'ici 2030.

Le prochain atelier fournira une avenue d'apprendre et d'échanger des expériences et réussites et en même temps tenir compte des défis au sein de l'Amérique latine / Caraïbes Alliance parlementaire (PFH-LAC).

Cela informera grandement la feuille de route pour le Parlement Africain Alliance Pan (PAPA-SNF) / collaboration entre la FAO, en évitant les écueils rencontrés par le PFH-LAC dans sa mise en place, tout en répliquant des stratégies et des approches enrichissantes et fructueuses, dans les sensibilités culturelles et sociales de la continent.

Pourquoi les partenariats avec des organisations vitales pour aborder les questions alimentaires et nutritionnelles dans le continent africain?

Les partenaires viennent avec des compétences différentes, l' expertise, les forces institutionnelles, humaines et des capacités financières et des capacités et une fois mis ensemble, peuvent produire un impact rapide et à long terme.

Compte tenu de la gravité et de la persistance de la malnutrition en Afrique, partenariats avec divers intervenants doivent être encouragées afin d'éradiquer les défis de la sécurité alimentaire et la pauvreté combat.

La FAO, en tant qu'institution internationale pour l'alimentation et l' agriculture, est, par conséquent, le développement de partenariats et d' alliances avec les parlementaires de coopérer dans des domaines d'intérêt mutuel.

La FAO a activement poursuivi la mise en place de PAPA-SNF. En tant que suivi de diverses réunions bilatérales tenues avec un large éventail de parlementaires africains, une présentation présenté au PAP, et le lancement de l'Alliance en Octobre 2016, la FAO organise un atelier d'une journée le mois prochain qui sera essentiel pour l'échange d'idées et de solutions aux problèmes urgents de nourriture et de la nutrition.

Qu'est-ce que vous attendez de l'atelier prévu en Août pour le Parlement panafricain et où irez - vous à partir de là?

L'atelier fera partie d'une série d'engagements à différents niveaux avec les parlementaires africains et vise à accroître la sensibilisation et les connaissances sur le rôle des alliances parlementaires pour les questions de sécurité alimentaire et de la nutrition , en plus d'identifier les domaines possibles pour le soutien de la FAO.

A la fin de l'atelier, nous espérons que les participants d'avoir une meilleure compréhension du rôle de ces alliances qui cherchent à placer la souveraineté alimentaire et les questions de sécurité alimentaire et nutritionnelle au sommet des agendas politiques régionaux, sous-régionaux et nationaux .

L'atelier centré sur l'avancement de la sécurité alimentaire et est soutenue et coordonnée par des organisations telles que la FAO et le PAPen raison de l'importance fondamentale de la sécurité alimentaire pour l'avenir du développement de l' Afrique.

L'atelier est également critique à ce stade de faire avancer le processus d'avancement de la PAPA-SNF de placer les questions de sécurité alimentaire et de la nutrition au sommet de l'agenda politique et législatif.

Les résultats de l'atelier seront également aider à renforcer, améliorer et aligner correctement les objectifs de l'Alliance avec celle du document de projet de coopération technique, qui sera l'outil de guidage pour la mise en œuvre.

Enfin, quels sont les défis institutionnels et de gouvernance pour les politiques globales qui protègent et favorisent la nutrition pour les plus vulnérables et contribuent à des systèmes alimentaires durables et résistants?

La nature transversale de la sécurité alimentaire et de la nutrition appellerait une collaboration intersectorielle efficace et l' engagement.Jusqu'à présent, cette collaboration complète a été sporadique.

Il y a un besoin de coordination inter-ministériel de haut niveau pour maintenir en permanence la question sur le devant de la scène.

La plupart des pays ne disposent pas d' un aliment progressive de la sécurité, la nutrition et les droits à la législation alimentaire. Le changement climatique, qui affecte aussi la sécurité alimentaire et la nutrition, manque de dispositions juridiques solides.

Les politiques nationales non coordonnées, la fluctuation des prix des denrées alimentaires et de la production, l' instabilité politique, la pauvreté, le manque de leadership national et mondial clair pour la sécurité alimentaire et de la nutrition pour ne citer que quelques - uns, sont quelques - uns des principaux défis institutionnels et de gouvernance qui entravent la mise en œuvre complète, les politiques de sécurité alimentaire.

Afrique

Tabagisme chez les jeunes africains - Les chiffres qui inquiètent

« Le tabac est le seul produit de consommation légalement en vente qui… Plus »

Copyright © 2016 Inter Press Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.