15 Août 2016

Afrique: La maîtrise de nouveaux outils pour attirer les investisseurs étrangers

Yaoundé tenait sa première Conférence économique internationale « investir au Cameroun, terre d'attractivités » les 17 et 18 mai derniers. Totalisant la participation de plus de 500 participants locaux et étrangers, l'objectif affiché par le Cameroun était de démontrer qu'il s'emploie désormais à réunir toutes les conditions favorables à l'investissement privé. En même temps, l'organisation de cette conférence atteste des efforts de politiques publiques africaines pour l'émergence et le développement.

La Conférence, la première du genre, comptait la présence d'éminents spécialistes du monde entier[1] réunis afin de formuler des contributions pertinentes sur l'amélioration des conditions d'investissement dans le pays et établir une liste de projets faisant l'objet d'intentions de partenariats.

Tout l'objectif de la Conférence était donc de mettre en lumière les potentialités du pays : sa position géographique stratégique, ses ressources naturelles et ses terres fertiles, sa main d'œuvre jeune et qualifiée ; en constatant le bilan économique positif de ces dernières années malgré les défis sécuritaires auxquels le pays a du faire face. Le Cameroun, en effet, a su faire preuve de résilience et engager une politique de diversification économique qui le pousse à favoriser l'investissement privé.

Ainsi, les politiques publiques du pays, à l'image de nombreux de ses voisins, sont consacrées à l'émergence[2]. D'importants efforts de gouvernance et de communication sont d'ailleurs désormais mis en œuvre, tels qu'en témoignent le site internet dédié à la Conférence et sa rubrique consacrée au rappel du cadre réglementaire applicable aux investisseurs étrangers.

Comme le Cameroun, beaucoup de pays africains démontrent qu'ils maîtrisent de mieux en mieux l'ensemble des outils communicationnels destinés à rassurer l'investisseur. En parallèle, les efforts pour l'amélioration du climat des affaires doivent être maintenus, non seulement à l'égard des investisseurs étrangers, mais également des entrepreneurs locaux qui pâtissent souvent de conditions bien moins favorables à l'investissement et à l'innovation.

[1] Prostitution, taxes locales, attaques et trafics en tout genre.

[1] A travers la fourniture de services de base, et de services de qualité à la population où l'Etat est quasiment absent.

[1] Après la création de la Force multinationale mixte, la France qui assurait la présidence du Conseil de Sécurité avait fait la promesse ferme d'une résolution du Conseil de Sécurité à partir de mai 2015 au profit de cette Force, ce qui aurait eu pour conséquence de la doter d'un mécanisme de financement pérenne.

[1] Force mixte composée des pays de la Commission du bassin du Lac Tchad, elle doit être composée de 8500 hommes.

[1] Qui accorde la présence permanente de militaires américains au Sénégal. La France a indiqué qu'elle signerait prochainement un accord de défense avec le Nigéria.

[1] Parmi eux, l'ancien Président de la Commission Européenne Manuel Barroso et l'ancien Directeur Général de l'OMC Pascal Lamy.

[1] A l'horizon 2035 pour le Cameroun.

Afrique

Le Sénégal 4ème pays adhérent à la norme du Fmi sur les données statistiques

Le Sénégal est le quatrième pays de l'Afrique sub-saharienne à adhérer à la… Plus »

Copyright © 2016 Institut International pour la Promotion du Développement. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.