30 Août 2016

Afrique: Opérations de sauvetage en mer Méditerranée - 3000 personnes secourues en une seule journée

communiqué de presse

Hier, le 29 août 2016, le Dignity I, navire de recherche et de secours en mer de MSF, a participé au sauvetage d'environ 3 000 personnes qui dérivaient sur une vingtaine de canots pneumatiques et plusieurs embarcations en bois. L'une d'elles transportait 600 à 700 personnes à son bord.

« Ces chiffres inimaginables démontrent le grand désespoir de ces personnes qui n'ont d'autre choix que de risquer leur vie pour se mettre en sécurité et à l'abri en Europe », déclare Nicholas Papachrysostomou, coordinateur MSF sur le Dignity I. 435 hommes, femmes et enfants ont été accueillis à bord du Dignity I, excédant les possibilités d'accueil de standard du bateau qui sont de 400 places.

MSF a distribué l'intégralité de son stock de 700 gilets de sauvetage aux autres, et transféré le plus grand nombre de personnes possible depuis le Dignity I vers d'autres navires présents dans la zone à bord de son bateau pneumatique semi-rigide.

« Parmi les naufragés que nous avons secourus, il y avait des jumeaux d'à peine 5 jours et nés prématurément, raconte Antonia Zemp, responsable de l'équipe médicale. La mère voyageait seule. L'un des deux garçons n'allait pas bien. Il vomissait, souffrait d'hypothermie et ne réagissait plus. Son état de santé s'avérait trop fragile et il n'aurait pas survécu à la traversée jusqu'en Italie. L'équipe médicale a demandé leur évacuation et nous avons transféré la mère et ses jumeaux sur un autre bateau qui pouvait les évacuer à terre rapidement. »

Les équipes médicales MSF ont soigné des personnes épuisées qui souffraient de diarrhées sanglantes, de déshydratation, de fièvre, d'hypothermie et d'infections cutanées. Sur les 435 personnes secourues à bord du Dignity I se trouvaient 353 hommes et 82 femmes. Parmi eux, 13 enfants de moins de cinq ans et 110 mineurs dont 92 sans parents ni tuteur.

Le Dignity I est actuellement en route vers Vibo Valentia, en Italie, pour y débarquer les 435 personnes. Le navire retournera en mer le plus rapidement possible après son réapprovisionnement pour poursuivre ses opérations de recherche et de sauvetage.

« Les garde-côtes italiens ont confirmé que plus de 6500 personnes ont risqué leur vie en tentant de traverser la Méditerranée dans la journée d'hier. Ils ont eux-mêmes participé à 40 opérations de sauvetage, indique Papachrysostomou. La journée d'hier montre que les mesures mises en place par l'Europe face à cette crise qui se déroule aux abords et à l'intérieur de ses frontières sont un échec et ne répondent pas aux besoins humanitaires et de protection urgents des réfugiés et des migrants. 3 167 personnes ont déjà perdu la vie en Méditerranée en 2016 d'après le HCR et OIM. L'Europe doit proposer des alternatives sûres et légales aux réfugiés et aux migrants. »

Depuis le 21 avril 2016, date à laquelle ont repris leurs opérations de sauvetage en mer cette année, les équipes MSF ont porté secours à 11 365 personnes au cours de 85 opérations de sauvetages distinctes à bord du Dignity I, du Bourbon Argos et de l'Aquarius (en partenariat avec SOS Méditerranée).

Afrique

Conférences de l'Omc à Buenos Aires - Roberto Azevedo déçu des résultats obtenus

La onzième conférence des 164 ministres des Etats membres de l'Organisation mondiale du commerce (Omc) n'a… Plus »

Copyright © 2016 Medecins Sans Frontieres. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.