1 Septembre 2016

Afrique: Au pays, la contestation électorale joue sur un fond de méfiance

communiqué de presse

Libreville, Gabon — La contestation autour de l'élection présidentielle du Gabon joue sur un fond de méfiance écrasante du public vis-à-vis de la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente (CENAP) et des évaluations étonnamment négatives de l'environnement électoral du pays avant le vote d'août 2016, selon une nouvelle analyse d'Afrobaromètre.

Parmi 36 pays africains enquêtés en 2014/2015, le Gabon se classe en fond ou presque sur chaque indicateur de la qualité des élections, selon les réponses des citoyens recueillies en septembre et octobre 2015.

Le Gabon est classé dernier en matière de confiance du public vis-à-vis de la commission électorale: Une majorité (51%) des citoyens ont dit qu'ils ne font « pas du tout » confiance à la CENAP, et seulement 8% ont dit qu'ils font « très confiance » à la commission.

Le Gabon est également classé parmi les pires pour ce qui est de la perception de l'équité du décompte des voix, le caractère libre et équitable de sa précédente élection nationale (en 2011), la crainte d'intimidations ou de violences électorales, le traitement équitable des candidats de l'opposition, et la prévalence des électeurs soudoyés. Dans l'ensemble, les citoyens gabonais ont les perceptions les plus négatives de la façon dont les élections fonctionnent pour assurer que les représentants au Parlement reflètent les vues des électeurs et que les électeurs puissent révoquer les dirigeants qui ne comblent pas leurs attentes.

Les résultats du Gabon font partie d'un nouveau rapport Afrobaromètre, à paraître le 6 septembre 2016, sur les perceptions des citoyens vis-à-vis des institutions de gestion des élections et la qualité desdites élections. Le rapport est basé sur près de 54.000 interviews dans 36 pays africains. Il sera disponible à www.afrobarometer.org/fr.

Résultats clés pour le Gabon

- Une majorité (51%) des Gabonais ont déclaré à la fin de 2015 qu'ils ne font « pas du tout » confiance à la CENAP, avec 17% qui font « partiellement confiance », 24% « juste un peu confiance », et seulement 8% « très » confiance à la commission (Figure 1). Parmi 36 pays africains enquêtés en 2014/2015, le Gabon est classé dernier en matière de confiance du public vis-à-vis de la commission électorale (Figure 2).

- Seulement 37% des citoyens ont vu leur élections de 2011 comme ayant été « entièrement libres et équitables » ou « libres et équitables, mais avec de petits problèmes ». La majorité ont déclaré que les élections de 2011 n'étaient « ni libres ni équitables » (31%) ou étaient « libres et équitables, avec des problèmes majeurs » (24%) (Figure 3).

- Sur la perception de l'environnement électoral (Figure 4), sept citoyens gabonais sur 10 (71%) ont déclaré que les votes ne sont « jamais » ou seulement « quelques fois » comptés équitablement. Seulement 15% ont dit que le décompte des voix est « toujours » équitable.

- Près des deux-tiers (64%) des Gabonais ont dit qu'ils craignent au moins « un peu » l'intimidation ou la violence liée à la campagne, dont près d'un quart (23%) qui ont avoué avoir « très peur ». Un tiers (32%) ont dit que les électeurs sont « souvent » ou « toujours » menacés de violence aux urnes.

- Une majorité (56%) des citoyens ont dit que les candidats de l'opposition sont au moins « quelques fois » empêchés de se présenter. Un répondant sur cinq (22%) ont dit que c'est « souvent » ou « toujours » le cas.

- Les trois-quarts (77%) des Gabonais ont dit que les médias ne fournissent « jamais » ou seulement « quelques fois » une couverture équitable à tous les candidats - la pire note parmi les 36 pays étudiés.

- Sept citoyens sur 10 (71%) ont dit que les électeurs sont « souvent » ou « toujours » soudoyés lors des élections au Gabon - bien au-dessus de la moyenne des 36 pays (43%).

- Le Gabon est classé dernier parmi les 36 pays africains dans les perceptions des citoyens de la façon dont fonctionnent les élections. Plus de trois-quarts des Gabonais ont dit que les élections n'assurent « pas très bien » ou « pas du tout bien » que les élus reflètent les opinions des électeurs (76%) et que les électeurs puissent révoquer les dirigeants qui ne comblent pas leurs attentes (79%).

Afrobarometer

Afrobaromètre est un réseau de recherche panafricain, non partisan, qui mène des enquêtes d'opinion publique sur la démocratie, la gouvernance, les conditions économiques et les questions connexes dans plus de 30 pays en Afrique. Cinq séries d'enquêtes ont été menées entre 1999 et 2013, et les résultats des enquêtes du Round 6 (2014/2015) sont actuellement en cours de dissémination. Afrobaromètre mène des entretiens en face-à-face dans la langue de choix du répondant avec des échantillons représentatifs au niveau national qui donnent des résultats au niveau des pays avec des marges d'erreur de +/- 2% (pour les échantillons de 2400) ou + / 3% (pour les échantillons de 1200) avec un niveau de confiance de 95%.

L'équipe Afrobaromètre au Gabon, dirigé par le Centre de Recherche en Géosciences Politiques et Prospective, a interrogé 1.200 adultes citoyens gabonais en septembre et octobre 2015. Un échantillon de cette taille donne des résultats au niveau des pays avec une marge d'erreur de +/- 3% avec un niveau de confiance de 95%. Ce fut la première enquête Afrobaromètre au Gabon.

Rejoignez Afrobarmètre en ligne sur www.afrobarometer.org/fr.

Suivez Afrobarmètre sur Facebook et Twitter @Afrobarometer.

Afrique

Protection sociale - 82% de la population africaine sans aucune couverture sociale

L'Organisation internationale du travail (Oit) a rendu public, aujourd'hui son rapport sur la protection dans le monde.… Plus »

Copyright © 2016 Afrobarometer. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.