19 Septembre 2016

Ile Maurice: Pêche sur les bancs - Une étude pour évaluer les nouvelles techniques

communiqué de presse

En vue d'encourager l'utilisation de nasses pliantes (collapsible traps) pour la pêche sur les bancs dans les eaux mauriciennes, le ministère de l'Economie océanique, des Ressources marines, de la Pêche, des Services maritimes et des Iles s'embarque pour une étude d'une quinzaine de jours à partir du 20 septembre 2016 dans les bancs d'Albatross. Le navire de pêche Serenity participera à cette étude.

Une première étude a été menée en mai 2015 visant à évaluer de nouvelles techniques de pêche à St Brandon en utilisant des nasses pliantes, des palangres de fond, et des droplines. Les essais ont été positifs et enrichissants pour les skippers, les officiers et les pêcheurs qui se sont familiarisés avec de nouvelles techniques de pêche et connaissances.

L'exploitation des ressources halieutiques dans les bancs mauriciens, qui comprennent les bancs de Saya de Malha, Nazareth et Albatross, a été menée durant plus de cinq décennies sur une base régulière. Les bancs sont exploités par des navires frigorifiques de 50 mètres, chacun transportant entre 15 à 22 pirogues propulsées par des moteurs à essence (MOGAS). Les navires de pêche transportent de l'essence à bord comme fuel pour les pirogues. Chaque pirogue est mise à l'eau avec trois pêcheurs à bord qui pêchent avec des lignes à main.

L'objectif du ministère de l'Economie océanique, des Ressources marines, de la Pêche, des Services maritimes et des Iles est d'identifier les équipements de pêche alternatifs en vue d'éliminer la pratique d'utiliser du carburant dans la pêche. Plusieurs cas d'incendies ont été rapportés en mer. Cette présence importante de carburant à bord représente des risques à la sécurité des membres d'équipage.

Ainsi, pendant cette étude, il s'agira de mettre à l'épreuve des modes alternatifs de pêche, à savoir, les nasses pliantes. Cette technique ne nécessite pas la mise à l'eau de pirogues sur les bancs. Le ministère ambitionne ainsi d'accroître les prises en diminuant, parallèlement, les risques inhérents à la pêche sur les bancs.

Autres avantages des nasses pliantes : elles ne doivent pas être transportées dans des courts délais, mais peuvent être laissées pendant plusieurs jours en mer. Quand le temps est mauvais, la capture sera toujours en bon état. Les charges d'exploitation sont assez faibles. Avec la demande accrue pour la pêche responsable, ces nasses pliantes peuvent gagner en importance à l'avenir en raison de leurs caractéristiques sélectives et leurs avantages de mode de fonctionnement

La sécurité des marins-pêcheurs dans des pirogues sur les bancs, surtout durant le mauvais temps, a aussi toujours été une source d'inquiétude. Dans la mesure où ces nouvelles techniques de pêche ne nécessitent pas la mise à l'eau de pirogues, le ministère de tutelle espère ainsi atténuer les risques d'accidents et de pollution de l'écosystème.

Ile Maurice

Carburant - Le navire FS Sincerity débarque avec une cargaison d'essence

11 000 tonnes d'essence. C'est la cargaison du pétrolier FS Sincerity à destination de Maurice. Le navire,… Plus »

Copyright © 2016 Government of Mauritius. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.